Elle se réfléchit dans le miroir

Une nouvelle page…

Une nouvelle page...

Le temps que nous expérimentons n’a pas du tout la même substance, la même épaisseur que d’habitude, vous avez remarqué ? C’est une sorte d’éternel présent, de minute élastique. Certains font même la comparaison avec Un jour sans fin et c’est vrai, il y a de quoi. On perd la notion du temps. C’est parce que dans notre situation finalement, le passé et le futur n’existent pas vraiment, ou pas complètement. Pour la première fois de ma vie j’ai le sentiment de comprendre ces deux impératifs du développement personnel : vivre le moment présent, et lâcher-prise. Surtout le deuxième : ne s’accrocher à rien parce qu’il n’y a rien à quoi s’accrocher. Certains de mes projets tombent à l’eau et… ça ne m’émeut pas tant que ça, parce que je reste persuadée que c’est pour que des trucs encore mieux puissent venir. Disons que je reste focalisée sur l’objectif final, mais plus sur ce que j’avais prévu pour y parvenir.

Pour vivre le moment présent, c’est plus compliqué. En un sens : oui, je suis plus que d’habitude dans l’instant, dans le je, ici, maintenant : lorsque je peins, lorsque je travaille sur mon journal poétique, lorsque j’écris, lorsque je lis, mais aussi lorsque je fais un peu de ménage ou lorsque je cuisine. Je ne cherche pas à accélérer le temps pour arriver aux vacances ou aux week-ends. Je vis chaque jour et je me consacre réellement à toutes mes activités.

Mais évidemment, comme tout le monde, je pense à ce que je ferai, après. L’après immédiat, lorsque nous serons (plus ou moins) relâchés. Je veux aller me promener dans un parc, longtemps, sentir mes pas, respirer les fleurs, toucher les arbres. Je veux aller boire un verre en terrasse. Je veux aller dans un musée. Je veux revenir faire mes courses chez les petits commerçants, faire la queue et discuter avec les gens, acheter des fleurs, acheter des livres, du matériel de création. Et puis, prendre, peut-être, quelqu’un dans mes bras et lui dire qu’il m’a horriblement manqué… et ça, ça nous emmène à l’autre après.

L’autre après, c’est l’après long. Je vois beaucoup de gens, en ce moment, faire des bucket listsfaire le pèlerinage de saint-Jacques de Compostelle, aller à New-York, sauter en parachute… les gens ont beaucoup d’idées. Moi mon idée est plus compliquée que d’acheter un billet d’avion. Je ne vois vraiment pas comment je pourrais recommencer comme avant, à faire un travail que je ne supporte plus, qui me rend littéralement, physiquement et nerveusement malade, et à ne vivre que pour les week-ends et les vacances. Malgré les événements, et même si c’est totalement paradoxal, je me sens beaucoup plus libre qu’avant le confinement, et j’ai réellement le sentiment d’avoir tourné enfin une page et d’en commencer une nouvelle, je ne sais pas comment, je ne sais pas pourquoi, mais j’ai vraiment cette intuition que c’est terminé, que rien ne sera comme avant, et que quelque chose de nouveau commence (mais ne me demandez pas quoi d’un point de vue rationnel : je n’en sais rien)…

Et vous qu’est-ce que vous allez faire après, à court ou long terme ?

11 comments on “Une nouvelle page…

  1. Ce qui est sûr c’est que l’insouciance sera difficile à retrouver mais on la retrouvera. Après les attentats, les premières salles de spectacles que je fréquentais je repérais anxieuse les sorties puis après plus d’inquiétude. Néanmoins à l’intérieur de nous, nous savons que le danger existe mais nous vivons avec …

    J'aime

  2. J’ai beaucoup de mal à lâcher prise, notamment pour ce qui est des projets qui tombent à l’eau. Surtout que je les attends avec impatience ! Le boulot est tellement usant (et encore plus ces temps ci) que je ne me fais pas à l’idée de devoir renoncer à mes projets…
    À court terme, boire un café en terrasse (mais bon quand on sera relâchés, on n’aura peut-être plus de soleil et il fera un froid de canard…). À long terme, je ne sais pas. Il y a tellement de paramètres qui entrent en jeu…

    J'aime

  3. C’est étrange, car justement je peux comprendre ton sentiment puisque tu n’aimes pas ton ancien travail, mais en ce qui me concerne, j’adore mon boulot et je ressens un peu la même chose que toi. Je me dis : « comment va se passer le retour ? Je ne me l’explique pas…

    J'aime

  4. Philisine Cave

    En fait, je ne fais ni listes, ni projets. Tout me fait envie mais c’est l’attitude de patience qui prévaut chez moi. Patience et non retenue. Mais j’ai aussi des envies d’avancer, à mettre en place tôt ou tard.

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :