Elle se réfléchit dans le miroir

Authenticité, sécurité, intégrité ?

Authenticité, sécurité, intégrité ?

Ça va vous ?

Moi je dois dire que ça secoue beaucoup beaucoup, j’ai l’impression d’être dans une machine à laver sur programme essorage, traversée par tout un tas d’émotions pas toujours très sympathiques. Disons que la plupart du temps ça va, je suis dans ma bulle, mais parfois, j’ai une émotion qui vient me titiller (euphémisme : me ravager, en vrai). Hier c’était la colère (et c’est, j’avoue, surtout la colère qui revient), mais une colère exponentielle contre à peu près tout et tout le monde, mais vraiment, si j’avais eu des pouvoirs magiques je crois qu’il ne resterait plus pierre sur pierre sur cette planète (donc, heureusement : je n’ai pas de pouvoirs magiques). Et je me retiens très très fort de ne pas insulter beaucoup de gens sur les réseaux sociaux. Et s’il y a du vent très violent, je vous prie de m’excuser parce que c’est souvent le cas lorsque je suis en colère : il y a du vent ou de l’orage.

Tout ça pour dire que ça remue beaucoup à l’intérieur.

Il faut dire que je suis dans la situation parfaite pour une période d’introspection seule face à moi : je n’ai même pas eu besoin de faire de faire une retraite Vipassana, elle est venue à moi ou tout comme (ce n’était pas mon truc de toute façon). Et ce qui est amusant (enfin, amusant, vous voyez l’idée) c’est que cette espèce de retraite en appartement, je l’ai écrite : à la fin de mon premier roman (oui je sais j’en parle beaucoup mais vous ne pouvez pas le lire : ce n’est pas ma faute, et c’est une des raisons de ma colère) mon héroïne reste plusieurs semaines confinée dans son appartement, non pas à cause d’une épidémie mais juste parce qu’elle en a ras-le-pompon des gens.

L’appartement est une grotte (enfin symboliquement : en vrai c’est un très bel appartement terrasse avec une vue magnifique sur les montagnes). La grotte de la nymphe Calypso mais aussi finalement peut-être la grotte de l’ours. Je dis ça parce que depuis des semaines (des mois !) je suis assaillie par les synchronicités à propos des ours : j’ai toujours toute une ribambelle de photos de grizzli dans mes flux, ou bien les gens parlent d’ours, d’articles sur les ours, que sais-je : tous les jours, plusieurs fois par jour, il est question d’ours. Alors, bien sûr, je me suis interrogée sur cette synchronicité assez envahissante même si pour l’instant je n’ai pas trouvé d’ours dans ma cuisine. Il y a une première raison, qui est tout à fait biographique et personnelle. Mais il y a aussi une raison symbolique : l’ours (tout comme le papillon et l’escargot) est un symbole de transformation. Chaque année, il entre dans sa grotte pour y rester durant l’hiver, et sort renouvelé au printemps. Dans l’ours, il y a aussi cet aspect dangereux, instinctif à apprivoiser : la colère (oui, tout fait sens).

Pour mon héroïne, sa grotte/appartement est une sorte d’utérus, lieu de gestation d’elle-même où, femme poisson océanique, elle plonge dans ses eaux profondes, meurt à l’ancien pour se mettre au monde à une nouvelle vie. Parce qu’à la fin, quand elle ressort, elle a trouvé ce qui lui manquait, cette force d’être enfin elle-même, authentique et intègre dans le monde, de s’y sentir en sécurité parce qu’elle n’a plus peur d’affirmer qui elle est — même si ce qu’elle est n’est pas conforme à la norme, à ce que les autres voudraient d’elle : elle cesse de jouer un rôle. Lorsqu’elle sort, elle est prête à prendre sa place dans le monde : celle de l’habiter poétiquement (vous l’aviez vu venir ?) et amoureusement.

Alors quand je ressortirai dans quelques semaines, serai-je réellement enfin moi ? Aurai-je trouvé authenticité, sécurité et intégrité ? Ce qui était plus ou moins de la fiction avait-il quelque chose de prédictif ? Et aurai-je le courage d’enfin vivre la vie que je souhaite au lieu de subir des choses dont je ne veux plus — qui me forcent à jouer un rôle ?

L’ours de la photo a été peint par la créatrice Julie Dru dont j’adore le travail !

10 comments on “Authenticité, sécurité, intégrité ?

  1. Je te comprends tout à fait.
    bon courage à toi bises

    J'aime

  2. Très bel article, ce n’est pas facile pour tout le monde … Je te souhaite une belle journée 🙂

    J'aime

  3. Je me pose la même question …. j’espère que nous trouverons ce chemin.

    J'aime

  4. Ping : Le monde a soif d’amour… – Cultur'elle

  5. Bonjour! J’ai ce truc avec les ours aussi et j’ai même appelé mon agence, Ours! J’avais écrit un petit billet pour expliquer pourquoi. Peut-être cela t’intéressera-t-il : https://www.agence-ours.com/post/c-est-vrai-pourquoi-donc-avoir-choisi-ce-nom-pour-l-agence. Je te souhaite une douce journée, toute colère envolée.

    J'aime

  6. Ping : Psychologie de l’inconscient, de C. G. Jung : introduction à la méthode – Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :