Elle se réfléchit dans le miroir

Minimalisme, abondance, liberté et discipline

S'entourer de vert

Il y a quelque temps, j’ai fait de la numérologie avec l’ouvrage de Dan Millman Votre chemin de vie. C’était vraiment très instructif, notamment sur un de mes chiffres, le deuxième (pas mon but principal donc, mais une des étapes), qui correspond au chemin 5, « liberté et discipline » : deux termes a priori opposés, et pourtant l’idée était que sur mon chemin de vie je devais apprendre que la véritable liberté ce n’était pas de s’éparpiller dans tous les sens et de faire ce qu’on veut quand on veut, mais au contraire que la liberté naît de la profondeur et de l’application à un but précis (la discipline, donc).

A plus d’une semaine de confinement total (à l’heure où j’écris ces lignes, je ne suis même pas sortie de mon appartement depuis plusieurs jours, ne serait-ce que pour descendre la poubelle ou prendre le courrier — cela dit il va falloir le faire), je crois que j’ai fait un grand pas niveau discipline : d’abord j’ai réussi à dépasser cette peur viscérale d’être mise sous cloche, je crois, en tout cas je n’ai pas fait de crise d’angoisse à l’idée non pas de rester chez moi mais d’être obligée de rester chez moi (je n’aime pas, donc, qu’on m’oblige à faire des trucs, ou qu’on m’empêche de faire des trucs, même des trucs que j’aurais fait/pas fait de moi-même) ; je ne m’éparpille pas dans tous les sens comme j’ai l’habitude de le faire mais au contraire mes journées sont hyper bien réglées entre mes différentes activités (et notamment celle du ménage : si ce confinement m’aura apporté un truc, c’est bien que mon appartement sera briqué comme un sous neuf, non parce que je m’ennuie, mais parce que comme j’ai assez de temps pour le reste aussi, je peux m’y consacrer plus sérieusement).

Autre enseignement : j’apprends à faire avec ce que j’ai — ce qui est un pas vers mon vrai but de vie, qui est « influence et abondance ». Là encore ce n’est pas contradictoire. Et ça a un rapport avec la discipline. Alors de fait, je n’ai jamais été minimaliste (et je suis sûre que Marie Kondo, il lui manque des trucs, en ce moment, qu’elle regrette d’avoir jetés), au contraire, et là j’apprends à profiter de l’abondance que j’ai déjà : puisqu’aucun nouveau livre ne va venir à moi dans les prochaines semaines, j’ai ressorti ce que je voulais lire/relire de mes bibliothèques sans trouver le temps ; j’ai aussi réanimé mon i.pad pour pouvoir lire un peu en numérique et il fonctionne encore très bien (mais je déteste toujours autant lire sur écran donc ça va être très marginal, d’autant que ma box confine le wifi dans le bureau, ce qui rend les choses moins pratiques, mais visiblement l’Univers a décidé que j’aurais du wifi, oui, mais que dans la pièce où je travaille) ; et je cuisine ce que j’ai dans mes placards en établissant une liste de menus et de recettes que j’ai envie de faire (et une liste d’achats aussi pour quand je sortirai de ma grotte pour me ravitailler, un de ces jours), sans descendre 3 fois à l’épicerie dans la même journée ni commander sur U*** ou D*** (ce qui resterait possible si je ne m’imposait pas, oui, de la discipline) ; le plus compliqué, ça va être mon matériel de création : la peinture ça devrait aller (en tout cas l’aquarelle : l’acrylique ça risque d’être juste), j’espère que mon journal poétique ne sera pas terminé (sinon après je n’ai que des petits) (mais bon, là je m’en sers beaucoup), par contre je risque de manquer de colle. Mais, on va gérer, au pire j’essaierai d’en fabriquer…

Quand on sortira, je serai hyper disciplinée et organisée, moins dépensière, et donc prête à monter ma boîte (j’ai du mal, vraiment du mal, à envisager un retour à la normale au niveau du travail, ou alors vraiment très provisoire…) !

Bon, on le voit, si d’habitude je cogite beaucoup (et cogito, ergo sum) là c’est puissance mille, mais je crois justement que c’est dans cet espace de vide que l’on peut apprendre à se connaître et se transformer. Ce qui n’empêche pas les coups de mou : mardi soir par exemple ça n’allait pas très fort, mais bon…

Et vous, ça va ?

5 comments on “Minimalisme, abondance, liberté et discipline

  1. Ping : Mémoires d’Hadrien, de Marguerite Yourcenar : méditations sur le bord de la tombe – Cultur'elle

  2. Super article. Je commence un blog pour partager des articles sur mon voyage vers le minimalisme. Hésite pas à passer faire un tour !

    J'aime

  3. C’est quoi le vrai minimalisme?

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :