Elle se réfléchit dans le miroir

Etre bien chez soi…

Décoration

Au début du mois, j’ai été prise d’une étrange frénésie de ménage et de réaménagement de l’espace intérieur (physique et non plus seulement spirituel) un truc assez inédit chez moi (je veux dire, je fais le ménage hein, mais ce n’est pas une obsession et c’est souvent assez aléatoirement fait et très loin de la perfection, en tout cas c’est loin du niveau des derniers jours). J’y ai vu quelque chose de très symbolique : nettoyer, balayer l’intérieur de ma maison était une sorte de rituel de passage pour ancrer dans la matière le profond nettoyage intérieur qui se fait, finit de se faire en ce moment. Et puis aussi j’y voyais quelque chose de printanier : comme les oiseaux, me construire une sorte de nid. Je ne savais pas, à l’époque, que mon nid, j’allais devoir y rester confinée plusieurs semaines, et que ça tombait donc bien qu’il soit chaleureux, accueillant et confortable encore plus que d’habitude, en tout cas pour moi, et que c’était bien un nid d’ailleurs : un lieu où se couver soi-même pour renaître à un nouveau moi. Un cocon, pour tout dire.

De fait, j’ai toujours aimé être chez moi : c’est l’endroit que je préfère au monde, même dans une ville que je n’aime pas, et c’est encore plus vrai depuis mon déménagement il y a 3 ans. Je le sais depuis toujours, mon idéal de vie est d’être freelance et de travailler de chez moi : je suis beaucoup plus efficace, surtout depuis que j’ai une pièce dédiée au travail (un bureau, on appelle ça), et surtout beaucoup plus heureuse car je travaille à mon rythme (pas tôt le matin) et je ne perds pas de temps en transport et temps morts. C’est quelque chose qui est en réflexion depuis des mois mais de manière beaucoup plus précise depuis quelques semaines, même s’il me reste des questions compliquées concernant ma séparation d’avec mon travail actuel : ça se fera, je le sais, c’est inéluctable, nous n’étions pas faits l’un pour l’autre et là nous ne nous supportons plus. Pourquoi c’est évident donc, pour quoi je vois à peu près, quand, très probablement bientôt, comment, là est l’interrogation la plus épineuse et c’est bien évidemment là-dessus qu’il faut que je lâche prise tout en restant attentive aux opportunités.

J’ai l’impression qu’avec cet épisode de confinement, l’Univers non seulement me sauve d’un nouvel épisode de burn-out que je sentais venir, mais aussi me donne l’occasion de tester mon « idéal de vie », sans (pour l’instant) les risques inhérents à l’activité indépendante (sauf que j’ajouterai « promenades dans la nature » à mes activités lorsque je pourrai). Une sorte de « test » grandeur nature, de training avec filet de sécurité, et en dépit des circonstances extérieures j’ai l’impression d’avoir trouvé un point d’équilibre, même avec mon travail alimentaire puisque ce que je fais et comment je le fais me convient plutôt (bah oui : c’est plus créatif).

Malgré les circonstances tragiques, donc, et même si j’ai conscience d’être privilégiée car beaucoup de gens n’ont pas cette chance de pouvoir se confiner, le fait est que je ne me suis jamais sentie aussi libre (ce qui répond à mes angoisses de mardi), aussi intègre et authentique, à ma place. Libre surtout dans la gestion du temps : d’habitude, lorsque je suis chez moi, je passe ce temps qu’on ne me vole pas à me stresser parce que si je fais ça, je ne fais pas autre chose, si je cuisine et bien je ne peins pas et si je peins je ne lis pas et si je lis je n’écris pas (autant d’activités qui me rendent heureuse mais pour lesquelles le week-end ne me suffit pas, du coup je cours de l’une à l’autre sans en profiter vraiment). Là je fais tout ça et d’autres choses en plus, si je ne le fais pas et bien demain est un autre jour, sans le syndrome de l’impossible choix qui est renoncement : je vis, enfin, dans le moment présent. Et je me sens en sécurité : à l’extérieur, face aux gens, c’est très rarement le cas, je n’arrive pas à être authentiquement moi-même, je me sens en danger. Pas avec tout le monde, bien sûr, il y a surtout un être humain avec qui je me sens vraiment en sécurité (avec qui je me suis sentie suffisamment en sécurité pour me dépouiller de toutes mes couches de protection, me dissoudre et me métamorphoser pendant deux ans) (et le seul sur cette planète avec qui j’aurais pu envisager de me confiner) (celui pour qui j’ai écrit chaque jour depuis 2 ans 1/2 presque 300000 mots) (bref, ce n’est pas le sujet), mais justement, mon challenge actuel est d’arriver à me sentir en sécurité, me sentir entière et bien loin de lui. Et je dois dire que ces derniers jours j’y arrive. A peu près. L’équilibre.

Bref, tout ça pour dire que je suis bien chez moi, que j’aime y être, que c’est un lieu qui m’inspire et où, surtout, je me sens en sécurité (même si je sais bien que la prochaine étape sera aussi d’arriver à me sentir en sécurité dehors). Je saurai le recréer ailleurs, lorsque je quitterai enfin Orléans (je sais que mon activité indépendante n’est pas destinée à s’épanouir ici) parce que ça tient surtout à l’ambiance qu’au lieu lui-même (et ça c’était le sujet de l’article, à la base : comment être bien chez soi, mais ça a comme qui dirait dévié sur autre chose qui avait manifestement besoin d’être écrit) : mes plantes, des bougies, des pierres partout, des beaux meubles en matière naturelle, des fleurs, et bien sûr, les livres… tout ce qui m’apporte de la joie au quotidien en absence de l’être humain !

Et vous, vous aimez être chez vous ?

15 comments on “Etre bien chez soi…

  1. C’est déjà formidable de vivre aussi bien cette période!!

    Aimé par 1 personne

  2. apres beaucoup de questionnements on a fait le choix de vivre à temps plein dans notre petite maison de saint Pabu et après quelques aménagements de confort c’était le bon choix avec nos 3 chats et yorkshire. Aucun regret. Nature, mer, calme. La motivation revient pour reprendre mes pinceaux dans mon grenier-atelier cocooning

    J'aime

  3. Oui ça va j’aime bien être chez moi mais j’aime aussi me balader alors j’essaie de bien remplir mes journées pour ne pas trouver le temps trop long (mais ça me semble long quand même…)

    J'aime

  4. Pour répondre à ta question, oui et non. Oui pour certaines des raisons que tu évoques, mais non parce que je ne suis pas encore dans un endroit qui me convienne ou me corresponde vraiment. Mais il y a bien des endroits comme je voudrais près de chez moi…qui sait…

    J'aime

    • Ah oui, alors moi non plus puisque je ne suis pas encore en Auvergne. Je parlais vraiment de mon appartement…

      J'aime

      • Tu vas aller t’installer en Auvergne ??

        J'aime

        • Je veux oui, mais quand, je ne sais pas ^^

          Aimé par 1 personne

          • Chantal C.

            l’Auvergne ? Très bonne idée. Originaires de Clermont mais étant pour l’instant sur Paris, nous avons réfléchi au lieu de vie où nous souhaitions habiter à nouveau lors de notre retour. Et c’est l’Allier qui a gagné haut la main , avec Vichy. Je ne sais si vous connaissez cette ville, mais c’est un vrai bonheur : beauté de la ville, qualité de vie, culturellement aussi riche que Clermont, bref, plein d’autres atouts encore …

            J'aime

          • Moi c’est plutôt la Haute-Loire ! Mais de fait je n’ai jamais mis les pieds dans cette région !

            Aimé par 1 personne

          • Chantal C.

            Beau département également. Mais il y a 2 Haute-Loire : celle partant de Brioude en direction du Puy, et puis celle qui touche la Loire, avec une toute autre atmosphère (terre de refuge notamment des protestants dans des lieux comme le Chambon sur LIgnon) et des paysages différents. Anecdote concernant le Chambon sur LIgnon, une librairie absolument fabuleuse, l’Eau Vive …et un salon de thé sur la place tout simplement parfait …

            J'aime

          • Je note alors même si moi c’est plutôt l’autre, je visiterai l’ensemble 😉

            J'aime

  5. Ping : Chez soi, de Mona Chollet : une odyssée de l’espace domestique – Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :