Elle lit des essais

Wabi-sabi à l’usage des artistes, designers, poètes et philosophes de Leonard Koren : la beauté de l’imparfait

Wabi-sabi à l'usage des artistes, designers, poètes et philosophes de Leonard Koren : la beauté de l'imparfait

On peut qualifier le Wabi-sabi de système esthétique « complet ». Sa vision du monde, son univers est autoréférentiel. Il offre une approche intégrée de la nature ultime de l’existence (métaphysique), une connaissance sacrée (spiritualité), un bien-être émotionnel (état d’esprit), un comportement (moralité), ainsi qu’une perception visuelle et tactile des choses (matérialité). Plus les composantes d’un système esthétique sont systématiquement et clairement définies (plus les concepts correspondent à la réalité, plus ils font référence aux principes fondamentaux), plus il est utile. 

Je ne sais pas vous, mais de mon côté je n’avais absolument jamais entendu parler du wabi-sabi. Il faut dire que de manière générale le Japon et sa culture m’attirent peu (simplement je voudrais un jour voir les cerisiers en fleurs). Mais l’autre jour, Anne-Solange Tardy a parlé de cette « esthétique » et de ce livre dans une de ses pochettes surprises, et j’ai immédiatement été touchée par ce qui en émanait, et j’ai eu envie de creuser un peu la question.

Le wabi-sabi, pour faire simple, c’est la beauté des choses imparfaites, de l’impermanent, de l’incomplet, de l’atypique. A l’origine lié à la cérémonie du thé, il exprime la quintessence de l’art japonais, et il est selon Leonard Koren à sauver. Mais le constat est d’abord qu’il est difficile à expliquer et à définir, ce à quoi l’auteur s’attache tout de même dans un premier temps, en insistant sur sa valeur qu’on pourrait dire « rustique », où la simplicité et le naturel sont essentiel. Par la suite, après un bref historique, il s’intéresse à l’univers même du wabi-sabi, c’est-à-dire ses fondements et valeurs : métaphysique, spirituel, état d’esprit, morale et matérialité.

Il s’agit d’une introduction, l’essai est donc très court, mais j’ai eu l’impression que tout un monde s’ouvrait devant moi — à vrai dire, je me suis sentie comme monsieur Jourdain, à mettre des mots et des concepts sur ce qui m’avait toujours instinctivement charmée : l’imperfection. Après, cela ne me semble pas non plus, ni du point de vue matériel, ni du point de vue spirituel, typiquement japonais, à part le lien avec la cérémonie du thé. En tout cas, cette petite introduction est vraiment passionnante et j’ai très envie de creuser cette manière somme toute poétique d’habiter le monde !

Wabi-sabi à l’usage des artistes, designers, poètes & philosophes
Leonard KOREN
Traduit de l’anglais par Laurent Strim
Sully/Le Prunier, 2015

1 comment on “Wabi-sabi à l’usage des artistes, designers, poètes et philosophes de Leonard Koren : la beauté de l’imparfait

  1. Je l’avais lu. Je me suis très fort intéressée à cette approche quand j’ai entamé mon grand désencombrement. C’est assez fascinant et salvateur dans notre civilisation d’hyper consumérisme…..

    Aimé par 1 personne

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :