Elle lit des romans

Mrs Hemingway, de Naomi Wood : il faut beaucoup aimer les hommes

Mrs Hemingway, de Naomi Wood : la fragilité

Ernest est sur le point de dire quelque chose mais se retient. Martha pense que c’est typique d’Ernest : il veut sa femme, il veut sa maîtresse, il veut tout ce qui est à sa portée. Il est avide de femmes mais surtout il ne connaît pas ses vrais besoins, alors dans le doute il essaie d’attraper tout ce qui passe. Épouse après épouse après épouse. Ce n’est pas une épouse qu’il lui faut : c’est une mère ! 

C’est peu de dire que je ne suis pas une grande adepte d’Hemingway : à part Paris est une fêtece qu’il a écrit me résiste (je pense que c’est beaucoup trop « viril » pour moi), et l’homme me donne des envies de violence. Et pourtant, cette sorte de biographie d’Hemingway à travers ses épouses (Mrs Hemingway est à mettre au pluriel) a attiré mon attention ; j’avais déjà lu le roman de Paula McLain consacré à Hadley, la première, et je ne sais pas trop pourquoi j’ai eu envie de creuser la question.

Le roman commence alors que le couple formé par Ernest et Hadley se délite, et qu’ils sont en vacances à Antibes avec Pauline Pfeiffer dite Fife, maîtresse d’Ernest qui sera bientôt la seconde Mme Hemingway, avant de céder la place à Martha Gellhorn, elle-même supplantée par Mary Welsh.

Le procédé narratif choisi par l’auteure est particulièrement malin, car il permet de mettre en évidence le schéma de répétition qu’Hemingway a suivi toute sa vie ; la narration n’est donc pas linéaire, mais procède par allers-retours dans l’espace et le temps en racontant les événements-clés, le début et la fin de chaque histoire ; les mêmes événements donc, mais avec des points de vue différents, puisque la fin de l’une est le début de la suivante. Hemingway ne fait que vivre sans fin la même histoire : se séparer d’une femme pour en épouser une autre, avec une période de latence où il est avec les deux. Le point de vue adopté est toujours celui des épouses, et pourtant on a l’impression de lire en lui comme dans un livre : sa lâcheté, qui est à la fois une peur d’être bien, posé, en couple, finalement heureux car il saccage toujours tout en croyant que le bonheur est ailleurs, plus loin, avec une autre, et une peur d’être seul ; il a désespérément besoin d’une femme, pas seulement pour être dans l’élan désirant essentiel à l’écriture, mais aussi tout simplement pour s’occuper de lui. Il faut beaucoup l’aimer pour l’aimer : alcoolique, tyrannique, égocentrique, vampirique, il a besoin d’être au centre de l’attention — comme le dit Martha, un enfant qui a besoin d’une mère.

Un roman fascinant donc, qui donne un éclairage intéressant sur Hemingway, et se lit avec beaucoup de plaisir !

Mrs Hemingway
Naomi WOOD
Traduit de l’anglais par Karine Degliame-O’Keeffe
Quai Voltaire, 2017 (Folio, 2019)

7 comments on “Mrs Hemingway, de Naomi Wood : il faut beaucoup aimer les hommes

  1. J’avais également lu celui de Paula MacLain et celui ci me tente bien. Sans forcément aimer l’oeuvre d’Hemingway je trouve sa vie passionnante.
    Et son comportement avec les femmes notamment montre clairement ses problèmes psychologiques. Bi polarité. Dépression. Comportement typique

    Aimé par 2 personnes

  2. Ping : Mrs Hemingway, de Naomi Wood | Le journal d'une makroutgirl

  3. Pierre C. Bousquet

    J’ai lu ce livre très récemment, et vous décrivez très bien cette longue agonie, à mes yeux, de cet homme égo-centré sur ses errances, sur son besoin d’être totalement aimé, sur son besoin jamais assouvi de posséder plusieurs femmes, de boire pour faire le lien avec tout cela. je n’avais pas une grande estime d’un homme qui a certes beaucoup écrit, du bon et du moins bon, vantant ses mérites (nombrilisme!!!) comme des propos confus d’un alcoolique de comptoir, prolongeant chaque jour chez lui la boisson et ses doutes justifiant d’autres escapades. A la fin de ce roman, de ce livre biographique, je suis sûr de ne pas pouvoir aimer et surtout pas admirer un homme injuste, mal-aimant (si ce mot existe).

    Le style de l’auteure (et/ou de la traduction) est intéressant.

    J'aime

  4. J’avais lu celui de Paula Mac Lain et beaucoup aimé. Il a l’air bien ce livre là. La vie de l’écrivain m’intéresse mais pas lui, pareil que toi, j’ai lu seulement Paris est une fête et j’ai trouvé ça sans intérêt…

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :