Contes et mystères du pays amoureux, d’Henri Gougaud : histoires d’aimer

Contes et mystères du pays amoureux, d'Henri Gougaud : histoires d'aimer

L’amour. Est-il un rêve, un souci, un désir, un compagnon plus constant sur le chemin de nos vies ? Nous ne pouvons nous empêcher de l’interroger, de le bénir, de la maudire. Paradoxalement, même quand nous le fuyons, nous ne cessons de l’espérer. Pourrions-nous vivre sans lui, sans ses tempêtes, ses refuges, ses cavalcades ? « Tout l’univers, dit La Fontaine, obéit à l’amour. » Et pourtant, est-il un jour où nous n’avons pas douté de sa présence ? 

L’autre jour, une de mes connaissances sur Facebook a mis en photo ce petit livre qui venait de sortir : elle ne parlait pas du livre en lui-même, mais je ne sais plus de quoi qui avait un rapport avec le monde de l’édition en lui-même. Peu importe du reste : le fait est que cette couverture (je crois que je vais commencer une collection de livres avec Le Baiser de Klimt en couverture) et le titre ont immédiatement attiré mon attention et mon désir.

Il s’agit donc de nous raconter l’amour, ses joies et ses épreuves, à travers 75 contes, légendes et poèmes de toutes époques et de tous pays, l’intérêt étant de découvrir des histoires pas forcément connues, ou dans des versions nouvelles.

C’est évidemment un enchantement de délicatesse et de sensualité, parfois subtilement érotique, et qui donne envie de se perdre dans le pays amoureux. Beaucoup de contes mettent en évidence le courage des femmes, qui ne renoncent devant aucune épreuve pour sauver leur amour, et j’ai lu beaucoup de ces contes à la lumière de Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola-Estès (et d’ailleurs, certains contes de ce recueil sont des variantes de ceux qui sont étudiés par la psychanalyste). Tous m’ont chavirée, émue, voire bouleversée, mais si je ne devais en choisir qu’un, ce serait « la vivante et le prince mort » qui a vraiment fait écho à mon âme.

Bref, une magnifique découverte !

Contes et mystères du pays amoureux
Henri GOUGAUD
Albin Michel, 2017-2019

8 commentaires

  1. Certaines fois, il suffit d’une couverture de livre, d’une pochette de disque pour découvrir… un nouveau monde.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.