instantanés

Instantané #79 (le sureau)

Instantané #79 (le sureau)

Dans une vie antérieure, j’ai été une puissante druidesse (puis une sorcière), vivant en harmonie avec la nature, les plantes et les animaux (ceux qui rigolent au fond je les vois). Ce lien à la nature, c’est pourtant quelque chose que j’avais totalement occulté, nié, enfoui, voire refoulé, pour tout un tas de raisons j’imagine. Or, on l’aura noté, nombre d’événements ces deux dernières années m’ont fait retrouver ce lien. En fait, c’est depuis que j’ai déménagé (suivi d’un autre événement complexe on va dire) que je me sens en pleine transformation, transfiguration presque. Des changements qui se sont d’ailleurs faits naturellement, sans que je les veuille, presque pour ainsi dire malgré moi, et sans véritable effort : ça s’est fait, c’est tout. Et je retrouve la femme sauvage en moi, celle qui sait s’occuper des végétaux et parle aux oiseaux !

Or, venons-en à mon sureau. Je dis « mon » parce que, de fait, j’ai vraiment l’impression qu’il y a entre moi et cet arbre une véritable connexion. Lorsque j’ai emménagé, il n’était pas là : il est venu s’installer en même temps que moi, et nous avons, en quelque sorte, poussé ensemble, côte à côte puisque c’est bien moi qui profite le plus de lui. Il est là, il tend ses branches presque au-dessus de mon balcon et devant la fenêtre de ma chambre, m’enveloppant de son parfum au printemps. Depuis deux ans, je regarde passer sur lui le cycle des saisons. La perte de ses feuilles à l’automne, les branches dénudées en hiver, les bourgeons et les fleurs au printemps, les fruits mûrs à la fin de l’été. Il ne cesse de croître, devenir plus grand, plus fort, attirant les oiseaux qui adorent s’y poser pour chanter (et le matin je m’éveille avec leur cuicui).

Dans la tradition celte, le sureau est un arbre sacré : il est utilisé pour nombre de potions, mais il est surtout symbole de vie et de mort, de renaissance, de transformation, de renouveau, de régénération, de changement, d’évolution, de transition. Avec tout ça, j’ai un peu de mal à voir comme un simple hasard qu’il ait commencé à pousser au moment où j’ai emménagé et que j’ai moi-même commencé à pousser.

Or, si je suis très attachée à ce sureau, il se trouve que d’autres le trouvent envahissant, et qu’il est question de le couper. Est-ce le signe que j’ai achevé ma transformation, que ma période de transition est enfin achevée et que je n’ai plus besoin de lui ?

8 comments on “Instantané #79 (le sureau)

  1. N’avons nous jamais fini de se transformer ?

    J'aime

  2. belle relation…

    Aimé par 1 personne

  3. La nature est une consolatrice puissante…. je le constate chaque jour depuis que j’ai quitté Paris.

    Aimé par 1 personne

  4. Comme toi je me régénère de plus en plus au contact de la nature, moi qui n’aimait que la ville et le béton quand j’étais ado (il faut dire que j’ai grandi en ville) et maintenant j’ai vraiment un rapport très fort, j’ai besoin de verdure et de vert. J’adore son billet !

    J'aime

  5. Ping : Vos billets tentateurs ; avril et mai 2019 – L'or rouge

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :