Elle lit des essais

Les petites voix, quand l’intuition toque à la porte d’un cerveau rationnel de Christelle Lauret : laisser faire la prod’

Les petites voix, quand l'intuition toque à la porte d'un cerveau rationnel de Christelle Lauret : laisser faire la prod'

Mon intuition, cette « forme de connaissance immédiate qui ne recourt pas au raisonnement », nous dit le Petit Robert, m’a littéralement changé la vie depuis cette première et étrange expérience d’il y a huit ans. C’est elle qui m’a amenée à quitter mon job de chercheur dans l’industrie pharmaceutique pour en trouver un autre encore plus aligné avec mes passions, mes talents et mes valeurs. C’est elle qui m’a permis de rencontrer les bonnes personnes et de saisir les bonnes opportunités au bon moment. En fait, c’est elle qui m’a permis de commencer à vraiment m’écouter, à être beaucoup plus alignée avec qui je suis vraiment et du coup à être bien plus vivante, sereine et épanouie dans ma vie… Car le type d’intuition dont je parle ici, c’est la petite voix intérieure qui sait ce qui est juste pour nous. Celle que j’ai personnellement nommée la voix du Coeur avec un grand C (pas le coeur émotif, mais le coeur empreint de sagesse). Celle qui est au-dessus de toutes les autres petites voix — conditionnées — d’un mental agité. 

Certaines personnes de mon entourage diront que je n’écoute que rarement « la voix de la raison », voire que la mienne est frappée d’aphasie : mais si j’agit parfois de manière somme toute bizarre et illogique, ou que je dis des trucs sortis de nulle part et dépassant l’entendement, c’est que j’ai plutôt tendance à écouter mon intuition (je suis Poissons) et à l’assumer parfaitement. Et le fait est que j’ai souvent raison, et les gens en sont souvent assez surpris. « Mais comment tu savais ça ? ». Alors inutile de vous dire que ça ne marche pas à tous les coups, malheureusement, sinon ma vie serait plus alignée qu’elle ne l’est actuellement, sur tous les plans (même si je sais que ça va venir, mon mental reprend encore parfois le contrôle en me disant oui mais enfin tu vois bien que ça ne vient pas, espèce de cruche). Notamment, j’aurais trouvé l’éditeur à qui envoyer mon manuscrit et avec qui ça matcherait : en juin dernier, j’avais reçu un coup de téléphone pour Salomé, et malgré une conversation très agréable, je sentais que ça ne se ferait pas, finalement, j’ai filé un coup de pelle sur la petite voix mais le fait est que ça ne s’est pas fait. C’est comme ça aussi qu’il y a des personnes que, malgré leurs efforts, je n’ai jamais laissées entrer dans ma vie tout simplement parce que même si elles étaient de prime abord sympathiques, je ne les sentais pas, et plus d’une fois j’ai eu raison (alors je parle des relations amicales : sur le plan amoureux j’aurais plutôt tendance à foncer même si je ne le sens pas — ou des fois je le sens mais les événements, sur le court terme en tout cas, me donnent tort). Et je ne raconte là que le plus racontable. Bref, tout ça pour dire que l’intuition et moi, c’est une très longue histoire, mais contrairement à Christelle Lauret, qui elle a un cerveau scientifique, j’ai toujours tenu ça pour naturel, sans me poser de questions : c’est mon mode normal de fonctionnement.

Christelle Lauret, elle, se réveille un matin avec l’idée qu’elle doit écrire un livre. Une drôle d’idée, vu qu’elle n’en éprouve pas du tout le désir. Et pourtant, même si cela met des années à se mettre en place, elle finit par le faire, et qui plus est, malgré ses réticences, un ouvrage sur l’intuition, alors qu’elle était partie pour écrire quelque chose sur le cerveau : un sujet totalement irrationnel alors qu’elle est à la base une scientifique sérieuse, qui ne croit pas à ces choses là.

Evidemment, le grand intérêt de cet ouvrage à la base, c’est qu’il soit écrit par une scientifique cartésienne : cela a beaucoup plus d’impact. Il s’agit donc, au premier chef, du récit personnel d’une expérience intime, qui a beaucoup résonné en moi : avec beaucoup de sincérité, l’auteure montre toutes ses résistances face à ce changement de paradigme et de prisme de perception, celui du matérialisme et du rationalisme, car cela reviendrait à tout remettre en cause, ce qu’elle est bien obligée de faire au fur et à mesure qu’elle vit des choses qu’elle ne peut pas expliquer.

Mais c’est aussi un essai absolument passionnant sur le fonctionnement du cerveau, extrêmement instructif et clair : les différents niveaux de fonctionnement du cerveau, les comportements conditionnés de protection, comment la pensée modifie la structure du cerveau… Cela n’explique pas tout, très loin de là, et j’ai envie de dire que c’est même ce que je trouve intéressant, que la science ne puisse pas tout expliquer : ça rend le monde plus poétique, mais cela est passionnant !

Enfin, c’est un manuel de développement personnel, avec des « trucs et astuces » pour apprendre à se servir de son intuition. Grâce à Christelle Lauret, je crois que j’ai enfin, à peu près, compris ce que c’était que la pleine conscience, et d’autres choses aussi, qui rejoignent parfaitement mes questionnements actuels.

Un essai que je conseille vraiment à tout le monde : ceux qui, comme moi, croient à l’intuition et aux choses pas très rationnelles  parce que c’est leur côté poétique mais ne se sont jamais posé de questions sur le sujet y trouveront de quoi nourrir leur réflexions ; ceux qui n’y croient pas, comme Christelle Lauret au départ, y trouveront de quoi se poser des questions et apprécieront les passages très scientifiques quoiqu’accessibles même aux sous-doués en sciences comme moi.

Les petites voix, quand l’intuition toque à la porte d’un cerveau rationnel
Christelle LAURET
Carnets Nord, 2019

5 comments on “Les petites voix, quand l’intuition toque à la porte d’un cerveau rationnel de Christelle Lauret : laisser faire la prod’

  1. Ping : Les Gratitudes, de Delphine de Vigan : à qui dire merci ? – Cultur'elle

  2. Bon tu vas me ruiner en bouquin ….. parce que je suis comme toi pas toujours très rationnelle et que je crois à l’inattendu 🙂

    J'aime

  3. Ping : Etre un adulte surdoué, de Cécile Bost : le syndrome du vilain petit canard – Cultur'elle

  4. Ping : Comment devenir une Cosmic Girl, de Mélody Szymczak : plongez dans le flow – Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :