Elle regarde la télé

Poupée Russe de Natasha Lyonne, Amy Poehler et Leslye Headland : l’Éternel retour

Poupée Russe de Natasha Lyonne, Amy Poehler et Leslye Headland : l’Éternel retour

Life is a box of timelines

Je vous un culte aux histoires de Jour sans finque je trouve métaphysiquement fascinantes : revivre sans cesse la même journée, enfermé dans une boucle temporelle, jusqu’à ce qu’on trouve la clé, qu’on modifie notre comportement et qu’on agisse correctement, n’est-ce pas une magnifique métaphore de nos existences et des schémas récurrents que nous adoptons tous (et que la vie nous fait vivre) jusqu’au moment où nous réussissons à nous en libérer ? Sur ce thème, Netflix propose donc depuis le début du mois une mini-série de 8 épisodes d’une vingtaine de minutes, Poupée Russe, devenue presque un événement.

La soirée des 36 ans de Nadia se termine assez mal : elle meurt. Avant de se retrouver devant le miroir de la salle de bain de sa meilleure amie et de recommencer sa soirée. Mais, quelles que soient ses actions, elle finit par mourir à nouveau…

Alors bien sûr, le résumé n’a rien de très original : on a déjà vu ça mille fois. Pourtant, ça se laisse regarder avec plaisir, grâce notamment à l’humour assez décapant et aux situations assez trash : c’est Un jour sans fin version Sex and the city. J’ai trouvé intéressant aussi l’incursion d’un autre personnage, pris dans la même boucle et aux problématiques à la fois similaires et différentes. Mais… je n’ai pas totalement embarqué, et l’ensemble me laisse assez perplexe pour le moment (a priori il y aura trois saisons) : j’ai bien compris la question de l’enfance et de ses traumatismes qui fabriquent des comportements répétitifs autodestructeurs, et que pour sortir de la boucle il faut d’abord faire la paix avec soi-même et son passé, se défaire des couches qui nous protègent pour trouver son vrai soi (d’où le titre : les poupées russes métaphorisent les multiples « nous » que nous donnons à voir pour masquer notre nous profond). En même temps, ce n’est pas difficile à comprendre : c’est le principe même de la boucle temporelle. Mais le dernier épisode m’a laissée totalement perplexe…

Alors je conseille tout de même la série (qui est courte et peut se voir en une soirée) parce qu’il y a des trouvailles très intéressantes sur un schéma pourtant vu et revu. Mais j’attends quand même la suite, en espérant qu’il y en ait bien une, parce que je n’aime pas rester dans le flou…

Poupée Russe
Natasha LYONNE, Amy POEHLER et Leslye HEADLAND
Netflix, 2019

0 comments on “Poupée Russe de Natasha Lyonne, Amy Poehler et Leslye Headland : l’Éternel retour

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :