Elle lit des romans

Frère de glace, d’Alicia Kopf : explorer les Pôles

Frère de glace, d'Alicia Kopf : explorer les Pôles

Je suis souvent bloquée, dans ce projet. Devant moi, je ne vois rien ; du blanc. Dessous, il y a beaucoup de choses. Des rugissements de phoques. Était-ce des pôles que je voulais parler ? Ou est-ce seulement l’image de la neige qui me fascine ? Instabilité, désorientation, froid (il fait chaud), détermination. Des sensations qui accompagnent les explorateurs polaires, et aussi ceux qui travaillent avec le blanc. Parce que ce ne sont pas les explorateurs polaires eux-mêmes qui m’intéressent, mais l’idée de la recherche, l’idée de chercher quelque chose dans un espace instable. J’aimerais parler de tout cela comme métaphore car ce qui m’intéresse, c’est la possibilité d’une aventure fabuleuse, d’une nouvelle épopée, sans concurrents et sans ennemis ; l’épopée de soi-même et d’une idée. Comme celle des artistes et des écrivains.

De plus en plus fascinée par les grands espaces (encore que je me vois très mal explorer les pôles), j’ai été alertée par mes radars du fait que ce roman, le premier de son auteure, artiste plasticienne multimédia, allait me plaire.

Tout part d’une obsession pour la neige, la glace, les pôles, obsession dont naîtra une exposition (et un roman), et qui est mise en parallèle avec l’autisme du frère de la narratrice, qui le rend lui-même prisonnier de la glace.

De prime abord, ce roman a largement de quoi déconcerter : à la fois projet plastique et travail littéraire qui se construit au fur et à mesure où il s’écrit, il même introspection, documentaire, recherches et iconographie, ce qui donne quelque chose d’assez fascinant, hypnotique et poétique. L’exploration des pôles se fait ici métaphore de l’exploration de soi-même et du travail artistique : qu’y a-t-il sous la surface blanche immaculée ? Il y a tout, il y a le vrai soi, celui qui se construit parfois dans la douleur. L’enfance, la famille, ce frère inatteignable comme l’ont longtemps été les pôles, ce père pas très présent, cette mère qui ne sait pas trop comment s’y prendre, les hommes qui passent, la société dans laquelle il est difficile de se faire une place…

J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à plonger dans ce roman qui, bien qu’il soit très différent, m’a par certains côtés rappelé un de mes coups de cœur de la Rentrée Littéraire, L’Ecart d’Amy Liptrot. Un premier roman très réussi, très original, qui m’a beaucoup fait réfléchir sur certains points, et qui est vraiment prometteur !

Frère de glace
Alicia KOPF
Traduit du catalan par Marie Vila Casas
Robert Laffont, 2019

1 comment on “Frère de glace, d’Alicia Kopf : explorer les Pôles

  1. Il a tout pour me plaire c’est sûr 😍👍

    Aimé par 1 personne

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :