Elle lit des romans

Un profil perdu, de Françoise Sagan : se trouver

Un profil perdu, de Françoise Sagan : s'échapper de sa cage dorée

Ce serait le happy end d’une vie d’orages, de chasses, de fuites. Je changerais enfin de rôle : je ne serais plus le gibier traqué par un chasseur frénétique, je serais la forêt profonde et familière où viendraient se réfugier, se nourrir et se désaltérer des animaux dociles et bien-aimés, mon compagnon, mon enfant et mes bêtes. Je ne passerais plus de saccage en saccage, de déchirement en déchirement, je serais la clairière ensoleillée et la rivière où les miens viendraient boire sans retenue le lait de l’humaine tendresse. Et il me semblait que cette dernière aventure serait plus dangereuse encore que les autres, parce que, pour une fois, je ne pouvais en imaginer la conclusion. 

Je suis tombée l’autre jour par hasard sur ce roman au dépôt-vente : le nom de Sagan m’a interpellée, mais le titre ne me disait strictement rien, ce qui n’était de toute façon pas une raison valable pour le laisser. Je l’ai donc pris, et j’ai eu tout de suite l’envie de le lire…

C’est grâce à Julius A. Cram, un excentrique et mystérieux homme d’affaires, que Josée Ash, la narratrice, parvient à se libérer de l’enfer qu’est devenu son mariage avec Alan, violent et maladivement jaloux. Mais elle ne se libère de cette prison que pour une autre : elle prend un appartement, trouve un travail, mais naïvement ne se rend pas compte que dans les coulisses Julius tire toutes les ficelles. Seul l’amour pourra la libérer définitivement.

De fait, il s’agit à nouveau d’un roman que l’on peut lire à travers le prisme du féminin sauvage et de Femmes qui courent avec les loupssauf que si Ines Benaroya et Valérie Nimal m’ont, depuis, confirmé cette interprétation, il en va tout autrement pour Sagan, puisque l’essai de Clarissa Pinkola-Estés n’avait pas encore été écrit à l’époque. Cela ne fait que confirmer, encore une fois, la force des génies qui est d’avoir cette intuition profonde des choses, et Sagan, femme sauvage elle-même, avait profondément ancré en elle cet archétype et l’a mis au jour dans ses romans. Il faudra que je relise Bonjour tristesse avec cette clé.

C’est donc l’histoire d’une femme qui se libère de ses entraves, de sa cage dorée, d’abord seulement en apparence mais cela lui permet de découvrir beaucoup de choses sur elle-même, d’apprendre à se connaître, ce qu’elle n’avait jamais fait, étape nécessaire avant de réellement prendre son envol. Grâce à l’amour vrai, Josée se trouve elle-même, se libère de l’inessentiel, grandit et devient adulte. Elle devient la femme complète et achevée qu’elle n’a jamais été. Et c’est beau, émaillé de moments de pure poésie (le passage que j’ai mis en exergue m’a mis les larmes aux yeux), c’est du Sagan ciselé et parfait !

Un profil perdu
Françoise SAGAN
Flammarion, 1974

4 comments on “Un profil perdu, de Françoise Sagan : se trouver

  1. Encore un bel écho à mon prochain billet. Merci pour cette trouvaille et les sentiments partagés.

    Aimé par 1 personne

  2. Extrait intéressant, je ne connaissais pas Sagan sous ce prisme. 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Je ne connaissais pas non plus ce titre de Sagan… que je lirai du coup forcément un jour, étant donné mon adoration pour cette auteure !

    Aimé par 1 personne

  4. Ping : La classe de neige, d’Emmanuel Carrère : l’ogre dévoreur d’enfants – Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :