Elle se fait des films

Bird Box, de Susan Bier : heureux les aveugles…

Bird Box, de Susan Bier : heureux les aveugles...

Si vous regardez, vous mourrez…

Bird Box est l’un des phénomènes du moment sur Netflix. Je serais totalement passée à côté (parce que ce n’est pas du tout le genre de choses que je regarde d’habitude) si ma maman, qui elle aime ce genre d’histoires « à la Stephen King », ne m’en avait pas parlé avec un certain enthousiasme lors du repas du 1er janvier. Je me suis donc collée devant quelques jours plus tard.

Un phénomène étrange rend les gens fous et les pousse au suicide. Pour certains, il s’agit de l’Apocalypse, mais pour les survivants, il s’agit avant tout de le rester, et ils comprennent vite qu’il y a, dehors, quelque chose qu’il ne faut surtout pas regarder. Ils comprennent aussi que les oiseaux ont la faculté d’avertir du danger. Cinq après l’apparition du phénomène, Malorie et ses deux enfants doivent prendre la fuite et descendre la rivière en bateau pour trouver un groupe, tout cela les yeux bandés…

Alors au premier degré, on a un film assez terrifiant — et le parti pris de ne pas montrer les créatures participe à ce sentiment. On suit avec beaucoup d’intérêt l’histoire. Mais voilà : lorsque le générique de fin a commencé, je me suis retrouvée comme une poule devant un cure-dent. Je me suis dit « tout ça pour ça ». En fait, c’est un bon divertissement, mais au final totalement creux et vide car on n’a jamais de réponses : pourquoi ? Comment ? Qui ? Quel est le sens de ce phénomène ? Pourquoi les créatures n’entrent pas dans les maisons ? Pourquoi les aliénés ne sont pas touchés ?

Alors, j’ai essayé moi-même de trouver du sens. J’ai pensé au Sermon sur la Montagne. J’ai pensé à la Caverne de Platon, et à une vérité métaphysique qu’il ne faut pas voir sous peine de sombrer dans la folie. Enfin, j’ai essayé de penser le sens, mais sans conviction, et j’en suis revenue à ma conclusion de départ : il manque un truc. Du sens. Et moi, j’aime mieux quand les choses ont du sens. Et d’après mes recherches, le roman n’en propose guère plus…

J’ai donc passé plutôt un bon moment de divertissement avec ce film, mais je suis restée sur ma faim.

Bird Box
Susan BIER
D’après le roman de Josh Malerman
Netflix, 2018

4 comments on “Bird Box, de Susan Bier : heureux les aveugles…

  1. Je suis également resté un peu sur ma faim… un peu déçu par la conclusion…

    J'aime

  2. Bonjour Caroline,
    Pour ma part, j’en ai fait une lecture du monde actuel : on est de plus en plus conforté aux horreurs du monde : on voit la guerre, les abattoirs, les conditions de vie de nombreuses personnes autrefois cachées ou racontées de manière romancée. Donc on cherche à se cacher toutes ces vérités ou ce trop plein de réalité et on s’enferme dans ses communautés, ces personnes qui pensent comme nous pour éviter d’être en systématiqu confrontation.
    Je ne sais pas ce que tu en penses, sinon effectivement c’est un bon divertissement 🙂
    Bonne fin de dimanche !

    J'aime

Répondre à Caroline Doudet Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :