Elle lit des romans

Nous aurons été vivants, de Laurence Tardieu : laisser passer la lumière

Nous aurons été vivants, de Laurence Tardieu : laisser passer la lumière

Elle se rappelle qu’il y a longtemps, très longtemps, elle aimait marcher ainsi, au hasard dans Paris. Elle avait alors toujours une bouteille d’eau sur elle. Mais cette Hannah qui portait le même nom qu’elle aujourd’hui, était-ce la même personne ? Etait-ce bien elle ? Elle a beau chercher, elle n’en retrouve pas la trace. Les souvenirs, oui, bien sûr, les souvenirs, elle les possède quelque part, dans sa tête. D’ailleurs, si elle fait un effort pour se remémorer le passé, elle retrouve des images, des moments. Mais les traces intérieures, les morsures intérieures, la pulsation intérieure — la joie intérieure de cette Hannah d’alors —, où sont-elles aujourd’hui ? Dans quel trou noir ont-elles sombré ? Rien n’en aurait donc été conservé ? La vie pourrait anéantir celle qu’on était, l’anéantir totalement ? 

Je n’ai lu aucun roman de Laurence Tardieu (ne me demandez pas pourquoi : il n’y a pas de raison particulière, à part l’habituelle « on ne peut décidément pas tout lire »). Par contre, j’avais beaucoup aimé (forcément) L’écriture et la vie. Alors, aucune hésitation pour découvrir ce roman…

Un matin d’avril, sur le trottoir d’en face, Hannah croit voir Lorette, sa fille, disparue sans laisser de traces sept ans auparavant. Le temps, alors, se fissure. Mais la vie d’Hannah n’est pas la seule à basculer ce jour-là : Simon, son frère, Lydie, sa meilleure amie, et Paul, le mari de cette dernière, vont aussi voir s’écrouler toutes leurs certitudes…

Un magnifique roman sur le temps et les souvenirs, ces moments de basculement qui nous poussent à chercher du sens et partir en quête de soi. Si plusieurs personnages gravitent autour d’elle, c’est bien Hannah le point focal de l’histoire, et on peut dire qu’elle est un magnifique personnage, absolument fascinant : une femme artiste, pour qui la peinture est le seul moyen d’être au monde, de s’y ancrer, elle dont l’histoire est hantée par l’Histoire, celle de l’Europe de l’Est et ses blessures dont il est difficile de parler ; sa fille, au début, est une entrave, une rivale à sa passion, et pourtant, lorsqu’elle disparaît Hannah cesse de peintre. Elle n’est plus vivante, et toute la force de ce roman est de montrer comment laisser à nouveau passer la lumière.

Un roman plein de vie et d’émotions, d’une grande sensibilité, qui m’a beaucoup touchée et profondément émue : il est habité d’une forme de grâce qui nous montre le chemin et parle directement à l’âme…

Nous aurons été vivants
Laurence TARDIEU
Stock, 2019

Lu par Antigone

6 comments on “Nous aurons été vivants, de Laurence Tardieu : laisser passer la lumière

  1. Ton article me donne très envie de lire ce livre. J’ai un peu un cœur d’ourson alors ce genre d’histoire risque de m’émouvoir plus que de raison. Mais en tout cas le résumé me tente vraiment et je ne connais pas encore cette auteur donc ce sera l’occasion. Dans ma PAL 😉 A bientôt !

    Aimé par 1 personne

  2. Oui un vraiment très beau roman et je te conseille ses autres livres alors ! 😊

    J'aime

  3. Je ne connais l.auteur que de nom et ce que tu dis de ce roman me donne envie d’essayer. Il faut que je recommence à noter quelques titres, j’espère arriver à relire régulièrement sous peu…

    Aimé par 1 personne

  4. Ping : Nous aurons été vivants – Ma collection de livres

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :