Au bonheur des femmes, apologue utérin : splendeurs et misères de la sexualité féminine

Au bonheur des femmes, apologue utérin : splendeurs et misères de la sexualité féminine

Jouir ou ne pas jouir. L’orgasme ne fait pas le bonheur, mais il y contribue.

A l’origine de ce spectacle, un collectif de sept comédiennes vannetaises qui, après avoir joué pendant trois ans les fameux Monologues du vagin d’Eve Ensler, décident de lui donner une sorte de suite, un « apologue utérin », axé sur la libération de la parole et la transmission.

Dans une mise en scène minimaliste mais énergique, sept femmes de tous âge racontent des histoires et chantent des chansons. L’extrait proposé, une sorte de medley, permet d’appréhender la variété des thèmes : le récit mythique de la manière dont les femmes ont eu un vagin, une réflexion sur l’orgasme et la jouissance, une sérénade, le récit d’une femme qui considère que c’est sa faute si un homme l’a violée, un cours sur le sexe au paléolithique, une petite histoire de la masturbation, du sexe féminin et du clitoris, une fausse pub pour les tampons, une hotline où poser toutes ses questions…

Au centre de la réflexion : le désir et le plaisir au féminin. Tour à tour drôle (avec notamment un très précis travail sur le langage et les jeux de mots), poétique, triste, tendre et révoltant, ce spectacle féministe, sans complexes ni tabous, d’une grande variété, proposant comme « bâton de parole » une petite tête de renard triangulaire pour figurer le sexe féminin, donne vraiment à réfléchir, sur le rôle de la sexualité dans nos vies et dans la société, et la manière dont les femmes le vivent.

Un spectacle, en tout cas, qui mériterait amplement d’être davantage connu et, comme son aîné, d’être mis en scène un peu partout, car il est évident que le sujet touche tout le monde (et pas seulement les femmes) et que le texte, d’une grande qualité, le mérite amplement : universel, intemporel, lumineux, il aborde des thèmes essentiels et contribue à libérer la parole. Tout le monde mérite d’en profiter non ?

Au bonheur des femmes. Apologue utérin (extrait)
une création originale d’un collectif de sept femmes
mise en scène par Armel Mandart
avec Armelle Huyard, Marie-Laure Malouines, Juliette Cazorla, Catherine Chiche, Cécile Bonaldi, Julia Hoefleur, Gwenola Espaze

En partenariat avec Kub

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.