Elle lit des romans

Hurler sans bruit, de Valérie Van Oost : les blessures au féminin

Hurler sans bruit, de Valérie Van Oost : les blessures au féminin

Marine s’exaspère et s’emballe. A l’âge de Jeanne, elles ne se posaient pas toutes ces questions. Il est encore temps de sortir du rôle dans lequel elles se sont confinées en pensant que le champ des possibles devenait de plus en plus étroit. Il ne reste peut-être plus qu’une poignée d’années pour prendre des risques, tenter l’aventure, changer de place les pièces du jeu de construction dans lequel chacune est prise.
L’ardeur amoureuse et sexuelle de Jeanne apporte la tension électrique dont elle a besoin. Le désir est une loi physique, la résistance de ses amies à cette force d’attraction l’agace.

Il s’agit, encore une fois, d’un roman auto-édité. Parce qu’encore une fois, le sujet a fait « tilt » et correspondait à mes questionnement actuels sur le féminin, le désir, etc.

Trois femmes. Trois amies, qui depuis de nombreuses années constituent une véritable famille : Marine, Alex et Isabelle ont chacune vécu des drames, et ont surmonté ensemble les épreuves de la vie. Mais ce qui arrive à Jeanne, la fille d’Alex, ravive de vieilles blessures peut-être pas guéries…

Très délicat, ce roman nous parle des femmes, d’amour, de désir et de maternité à travers trois personnages attachants, avec leurs failles, leurs blessures, leurs remparts qui se fissurent parfois, leur amitié, et dont nous découvrons les histoires intimes petit à petit, comme on rassemble les pièces d’un puzzle. Si je me suis particulièrement attachée à Marine, parce que c’est son caractère, sa vision du monde et son histoire qui sont les plus proche de moi (encore qu’avec de nombreuses différences de taille), chacune de ces femmes permet de s’interroger sur soi et sur ses choix.

Un roman assez court mais qui ne manque pas de profondeur, et parlera sans doute à toutes les femmes, quelle que soit la manière de mener leur vie. Et la fin m’a fait pleurer…

Hurler sans bruit
Valérie VAN OOST
2018
Librinova

1 comment on “Hurler sans bruit, de Valérie Van Oost : les blessures au féminin

  1. Enregistré, merci

    Aimé par 1 personne

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :