En décalage…

En décalage

L’autre jour, comme il faisait très beau, j’ai accompagné ma maman à son club de marche. Nous sommes allées (c’est un club exclusivement féminin) sur les bords de la Vienne, puis en forêt. L’automne commençait à s’installer, les feuilles mortes à joncher le sol, mais le soleil brillait et la lumière dansait sur la rivière.

Au bout de quelques minutes, j’étais déjà 50 mètres derrière tout le monde, non parce que je peine à marcher, mais parce que je passais mon temps à m’arrêter : pour prendre des photos, pour parler aux canards qui se prélassaient sur le bord de l’eau, pour ramasser feuilles glands ou châtaignes, pour juste contempler et me plonger dans mon monde intérieur…

Et je me suis dit que cette promenade était un résumé de toute ma vie : toujours en décalage, jamais à la même vitesse que les autres. Ma maman, qui a l’habitude, leur a dit de ne pas s’arrêter pour m’attendre, que de toute façon je finirais bien par arriver au même endroit que tout le monde, même avec un temps de retard.

J’ai toujours été une contemplative. J’ai toujours aimé m’arrêter pour regarder les choses (c’est encore pire maintenant avec les photos, surtout si j’ai mon Reflex, ce qui n’était pas le cas heureusement), notamment celles que les autres ne voient pas, ne regardent pas. Lorsque je suis en voyage, je n’aime pas courir partout et avoir un programme chargé : j’aime m’asseoir, et observer.

On me dira que c’est bien, ça, qu’il en faut des gens comme moi qui s’arrêtent et contemplent. Et c’est vrai : ça fait aussi partie de ma manière d’habiter poétiquement le monde.

Mais c’est comme l’hypersensibilité : c’est une richesse, mais aussi un boulet. Encore une marque d’inadaptation au monde comme il est malheureusement. Qui agace parfois les gens : ce besoin d’être tranquille, au calme, qu’on ne me secoue pas, qu’on ne me presse pas. Je fais beaucoup de choses, pourtant, mais je les fais à mon rythme et à ma manière. Et parfois, je voudrais savoir aussi les faire comme tout le monde. Cela serait sans doute plus facile pour me lier aux autres.

Une nuit, lorsque j’étais adolescente, un rêve m’a marquée au point que je m’en souviens encore très nettement aujourd’hui : j’apprenais que je venais d’une autre planète, ce qui expliquait beaucoup de choses ; alors, j’entreprenais de rejoindre les miens, c’était un long voyage, et à un moment je traversais une forêt, et je me suis dit, « Ah, c’est une forêt de symboles ». Je raconte souvent ce rêve, parce que je crois que tout mon être y est exprimé : c’est la clé pour me comprendre, pour ceux qui voudront faire cet effort. Ils sont peu nombreux.

Donc voilà, je suis une extra-terrestre, toujours en décalage, jamais dans le même espace-temps que les autres, j’habite dans mon monde à défaut de pouvoir habiter le même que tout le monde (il faut dire aussi qu’il fait assez peu d’effort pour que j’aie envie de l’habiter vraiment, le monde de tout le monde). Et ce n’est pas tous les jours facile.

Je dois venir de la Lune, dans laquelle je suis souvent en plus d’être cyclique comme elle. Ou de Saturne, l’astre des mélancoliques…

15 réponses sur « En décalage… »

    1. Guy

      Vous êtes en décalage complet , ça ne dérange personne et vôtre maman le confirme .Favoriser l’introspection au risque d’y laisser des plumes à force de caresser l’ego c’est néanmoins courir le risque de lasser des amis même virtuels et augmenter ainsi, une solitude avérée

      Ce message s’autodétruira en 5.. 4…3…2… 😀

      Bonne journée

      J'aime

  1. Aline

    Bonjour,
    Je suis une lectrice de l’ombre.
    J’aime beaucoup ton blog (je me permets de te tutoyer car nous avons presque le même âge).
    Je suis en train de lire A fleur de peau de Saverio Tomasella, je ne peux que te le conseiller.
    Bonne fin de dimanche.
    Bise.
    Aline

    Aimé par 1 personne

  2. Sandrine Humbert

    Bonjour Caroline,
    Je lis régulièrement votre blog avec intérêt. Et je commente rarement.
    J’aime particulièrement ce post où je me retrouve beaucoup.
    Mais je me dis : n’est ce pas pour ça qu’on écrit? Pour trouver sa place dans ce monde et ne plus être en décalage?
    Surtout continuez d’écrire ! Et acceptez vous comme vous êtes… (je sais, c’est parfois difficile. c’est facile à dire et pas facile quand il s’agit de soi).
    Merci pour ce beau texte!

    Aimé par 1 personne

  3. Helene Laly

    Oui moi aussi, d’autant plus que je me suis reconnue,d’autant plus que Caroline a su mettre un mot sur ses agissements : l’hyper-sensibilité puisqu’il s’agit de ça, ce qui me rapproche encore plus d’elle…

    Aimé par 1 personne

  4. Miss Zen

    C’est un très beau texte qui m’émeut profondément car je m’y retrouve. J’ai beaucoup souffert de ce décalage jusqu’à la dépression/le burn out/ ….. Depuis, je n’essaye plus de m’adapter, de rentrer dans le rang, j’essaye au contraire de construire une vie selon mes propres besoins. Je ressens encore parfois ce décalage, le drôle de regard des autres mais j’y fais moins attention car je suis tellement mieux dans ma vie, tellement plus sereine !
    Encore merci pour ce texte

    Aimé par 1 personne

  5. Ping: Ce soir, la lune était ronde d’Arnaud Riou : voyage vers soi – Cultur'elle

  6. Ping: Le monde est une forêt de symboles – Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.