Le monde antique de Harry Potter, de Blandine le Callet et Valentine Le Callet : retour aux sources

Le monde antique de Harry Potter, de Blandine le Callet et Valentine Le Callet : retour aux sources

L’oeuvre de J. K. Rowling est suffisamment riche pour se suffire à elle-même, suffisamment accessible pour se passer d’exégètes. On n’a pas besoin de cette encyclopédie pour lire et aimer Harry Potter. Mais sa lecture permettra, je l’espère, de faire apparaître quelques-uns des passages secrets que J. K. Rowling a dissimulés dans son oeuvre, de découvrir quelques portes invisibles ouvrant sur des mondes insoupçonnés, et de rendre ainsi hommage au talent d’une magicienne aussi discrète que géniale. 

C’est peu de dire que la saga Harry Potter semble inépuisable : les exégèses se multiplient, proposant des interprétations nouvelles, qui se complètent et s’enrichissent les unes les autres, et cela semble ne jamais devoir s’arrêter. En cette rentrée littéraire, c’est Blandine Le Callet qui apporte sa pierre à l’édifice.

En s’appuyant sur un corpus constitué non seulement de la saga originale (livres et films) mais aussi de tout ce qui vient la compléter, les livres de la bibliothèque de Poudlard, Pottermore ou les différents jeu, elle traque les multiples référence à l’antiquité, plus ou moins évidentes, dont J. K. Rowling a tissé son oeuvre.

Cela donne un ouvrage d’une richesse incroyable et littéralement passionnant, grâce auquel on apprend énormément de choses : si j’avais vu beaucoup de ces références antiques, bien sûr les formules magiques et les noms des personnages mais aussi quelques clins d’œils mythologiques (je fais toujours référence à la Chambre des secrets lorsque je parle du mythe d’Orphée, par exemple), Blandine Le Callet m’a ouvert de nouvelles pistes de réflexions, notamment dans les articles extrêmement précis et détaillés qu’elle consacre à la philosophie (l’article « choix » est exceptionnel) ou aux mythe, rapprochant tel ou tel personnage de grandes figures des récits antiques. J’ai aussi, au passage, compris pourquoi depuis le début c’est la maison Serpentard qui me semblait la mienne : c’est simplement que c’est la maison qui est liée à l’élément aquatique.

Encore une fois, grâce à cette lecture, on ne peut qu’admirer la cohérence, la profondeur et la complexité de l’oeuvre de J. K. Rowling, dans laquelle tout semble faire sens d’une manière ou d’une autre.

Une encyclopédie à conseiller sans réserve à tous les amateurs du petit sorcier à lunettes, d’autant que Noël approche, n’est-ce pas, d’autant qu’il s’agit d’un très bel objet, magnifiquement illustré par Valentine Le Callet.

Le Monde Antique de Harry Potter
Blandine LE CALLET et Valentine LE CALLET
Stock, 2018

1% Rentrée littéraire 2018 – 21/6

10 réponses sur « Le monde antique de Harry Potter, de Blandine le Callet et Valentine Le Callet : retour aux sources »

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.