Le Carnet rouge/L’art de la faim, de Paul Auster

Le Carnet rouge/L'art de la faim, de Paul Auster

Le Carnet rouge/L'art de la faim, de Paul AusterIl y eut une période, en particulier vers le milieu des années soixante-dix, où j’ai éprouvé le vif désir de mettre à l’épreuve de la publication mes propres idées sur les écrivains. Lire et admirer l’oeuvre de quelqu’un est une chose, c’en est une autre que d’ordonner sous une forme cohérente ce qu’on pense de cet auteur. Les gens sur qui j’ai écrit — Laura Riding, Edmond Jabès, Louis Wolfson, Knut Hamsun et d’autres — étaient des auteurs qui m’inspiraient le besoin de réagir. Je ne me suis jamais considéré comme un critique, mais simplement comme un écrivain qui s’efforce de parler des autres. Je pense que l’obligation d’écrire en prose en vue d’une publication m’a discipliné et m’a convaincu qu’après tout j’étais capable de le faire. De sorte qu’en un sens, ces petits textes de journalisme littéraire ont constitué un terrain d’entraînement pour les romans. 

Oui, je sais, j’en suis à mon quatrième « Paul Auster de l’année », ce qui commence à faire beaucoup, d’autant que l’année n’en est même pas à sa moitié. Mais voilà, en pleine période de doutes sur plein de choses et notamment sur l’écriture, j’ai éprouvé le besoin de me ressourcer dans les textes de celui que, pour plein de raisons, je considère comme un de mes « maîtres », toutes proportions gardées bien sûr, et notamment dans ses textes critiques. J’ai donc choisi ce recueil, surtout à la base pour Le Carnet rouge, ayant déjà lu L’Art de la faim (le problème : je sais que je l’ai lu, mais je n’ai aucune trace de cette lecture, pas même dans ma bibliothèque, ce qui me laisse pour le moins perplexe, bref).

La première partie de ce recueil est donc Le Carnet rouge, c’est-à-dire « le livre des coïncidences » de Paul Auster, dans lequel il consigne les hasards, synchronicités, coïncidences amusantes ou troublantes dont il a été le témoin ou qu’on lui a racontées. On sait le rôle que ces coïncidences ont dans l’oeuvre austérienne, même si un roman se doit d’être vraisemblable, exigence dont la vie s’affranchit souvent : on en a la preuve dans ce recueil de faits bruts, qui ont parfois de quoi laisser perplexe.

Suit L’Art de la faim, recueil d’essais critiques parus entre 1970 et 1993 (mais pour l’essentiel dans les années 70) dans plusieurs revues et notamment The New York Review of Books, ainsi que sa préface de son anthologie de la poésie française du XXe siècle. Ce n’est pas de la critique littéraire au sens habituel : Paul Auster ne donne pas de bons ni de mauvais points, il laisse voguer son âme sur l’oeuvre des autres, et surtout il pose sur l’oeuvre des autres un regard d’écrivain : il n’écrit que sur des auteurs qui l’intéressent (essentiellement des poètes), et parler de leur oeuvre est l’occasion pour lui de réfléchir à ses propres idées sur l’écriture et la littérature, tout en travaillant l’écriture en prose (il écrivait surtout de la poésie à l’époque). Pour Paul Auster, la chronique littéraire est une propédeutique à l’écriture.

L’ouvrage se clôt sur trois entretiens absolument passionnants : le premier sur la traduction, puisqu’Auster a d’abord été traducteur, et là encore ce travail fut pour lui un exercice d’écriture avant tout : se fondre dans les mots des autres pour trouver sa voix ; les deux autres sont plus axés sur les œuvres fictionnelles, leur genèse, et les thèmes austériens.

Bref : que du bon, du passionnant, du nourrissant, du vivifiant !

Le Carnet Rouge / L’Art de la faim
Paul AUSTER
Traduit de l’américain par Christine Le Boeuf
Actes Sud, 1992-1993 (Babel, 1995)

3 réponses sur « Le Carnet rouge/L’art de la faim, de Paul Auster »

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.