Lovesick, de Tom Edge

Lovesick, de Tom Edge

Lovesick, de Tom EdgeTrouver l’amour c’est passer par des ruptures, c’est subir des déceptions, c’est souffrir un max, jusqu’à ce que tu trouves la bonne.
– Comment on sait que c’est la bonne ? 

L’autre jour, lorsque je faisais des recherches sur le film intitulé Lovesickje me suis rendu compte qu’il existait aussi une série du même nom, initialement d’ailleurs intitulée Scrotal Recall. Bien entendu, je me suis précipitée dessus, pour mon plus grand bonheur.

Lorsqu’il découvre qu’il a une MST, Dylan se voit contraint de contacter pour les prévenir toutes ses partenaires sexuelles. Mais au lieu de leur envoyer les cartes toutes faites qu’on lui a données, il décide de les appeler, parfois de les revoir, et pour ce faire il choisit de procéder par ordre alphabétique. La série fonctionne donc sur une double temporalité où on suit l’évolution de Dylan et de ses amis : le passé de ses histoires d’amour loupées, et le présent.

Le sujet essentiel de la série, c’est bien évidemment la grande aventure de la quête de l’amour d’une bande de jeunes adultes tous extrêmement attachants, à commencer par Dylan, un véritable coeur d’artichaut qui s’investit totalement dans ses histoires malgré les échecs douloureux, parce qu’il a compris aussi que les erreurs amoureuses sont nécessaires pour nous conduire à la bonne personne (qui n’est parfois pas loin du tout) ; sa galerie d’ex, de fait, comprend tout de même bon nombre de cinglées de compétition. Mais tout le groupe, scellé par une amitié indéfectible, est vraiment attachant et chacun a sa propre manière de concevoir l’amour, que ce soit Luke, Angus ou Evie.

Une série donc à la fois très très drôle, et extrêmement attendrissante, qui met du baume au coeur et redonne foi en l’amour !

LoveSick
Tom EDGE
2014-2018 (3 saisons)

4 réponses sur « Lovesick, de Tom Edge »

  1. clemencedharville

    Pour adhérer à cette série, il me semble qu’il faut croire au concept anglo-saxon de « la bonne »/ »le bon » (the one) — si on pense qu’il y nécessairement plusieurs belles histoires d’amour dans une vie, on risque d’être agacé, non ?

    J'aime

  2. Ping: LOVE, de Judd Apatow, Paul Rust et Lesley Arfin

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.