Le cap 40

Mrs Dalloway dit qu'elle s'occuperait d'acheter les fleurs elle-même

L’an dernier, j’ai eu 39 ans, et j’avais l’impression que je pouvais conquérir le monde. Honnêtement, j’abordais la dernière ligne droite avant la quarantaine avec toute la sérénité possible (et dans un appartement tout beau). J’imaginais que tout se passerait bien, et que la crise de la quarantaine était un mythe auquel j’échapperais, puisque j’avais fait des choix et que ma vie me convenait telle qu’elle était. Croyais-je. En fait, j’aurais dû me méfier de cette sérénité : c’était, réellement, le calme avant la tempête.

Parce que, depuis quelques semaines, je la sens passer, la middle life crisis.  J’ai l’impression que tout s’écroule autour de moi comme un château de cartes. Pour mieux reconstruire ? Je l’espère. Mais pour l’instant, c’est quand même l’impression de ruine qui domine. Je remets en cause tous les aspects de ma vie, et c’est forcément compliqué. Je me suis rendu compte qu’il y avait quelque chose d’essentiel qui manquait. Et que ce que je tenais pour essentiel ne l’était pas. J’ai donc l’impression de me retrouver dans une essoreuse à salade émotionnelle (c’est pire qu’un ascenseur, l’essoreuse à salade). Parce que ce n’est pas si simple de tout changer. Parce que pour certaines choses il est sans doute trop tard. Pour d’autres non, mais cela reste compliqué quand même, parce qu’à 40 ans, on a un passé, on ne vit pas les choses de la même manière, on est méfiant, on a peur d’avoir mal. Ce qui était bien la raison pour laquelle j’avais renoncé, d’ailleurs. Ne plus avoir mal. Ne plus me retrouver au fond d’un abîme à me rendre compte que certaines choses m’étaient visiblement interdites, et que j’aurais beau me battre de toutes mes forces, ça ne fonctionnerait jamais, et que même en faisant les choses différemment, j’aboutirais toujours au même résultat.

J’ai envie de tout changer. Changer de boulot : ces dernières années, j’ai été relativement bien, mais le fait est que depuis cette année je ne le suis plus, pas à cause des élèves d’ailleurs, ils sont au contraire et pour la première fois de ma vie mon pilier et ma joie (je n’aurais jamais cru pouvoir écrire ça un jour, mais c’est le signe que j’ai résolu quelque chose qui était sans doute la raison inconsciente pour laquelle j’ai choisi ce métier) ; mais d’une part j’ai de plus en plus l’impression d’être arrivée au bout d’un cycle et de ne plus rien avoir à faire là où je suis, impression confirmée par certains événements et certaines attitudes. Evidemment, de toute façon je le sais depuis toujours : ma vie, c’est l’écriture, d’une manière ou d’une autre, et il faudra bien qu’à un moment cela se concrétise. Déménager, mais cette fois pas pour l’appartement d’à côté : changer d’appartement était nécessaire pour virer les fantômes qui vivaient dans l’autre et faire place nette, mais c’est comme pour le boulot, cela va faire 13 ans que je vis à Orléans, je savais dès le départ que ça ne serait jamais « chez moi », que ce serait transitoire (bon, du transitoire long, de fait) et qu’un jour je partirais ailleurs ; où ? J’attends un signe du destin, même si j’ai ma petite idée (qui n’est pas Paris : j’aime toujours cette ville d’amour même si nos relations se sont distendues ces derniers temps, c’est d’ailleurs avec elle que je fête la date fatidique, mais je préfère que cela reste une liaison : j’ai de plus en plus envie de vivre au calme). Et puis, le reste. J’ai toujours été farouchement attachée à mon indépendance et à ma liberté : je le suis toujours et ça ne changera pas, c’est comme ça que je me suis construite ; mais aujourd’hui je ne vois plus cela comme incompatible avec le fait de construire et d’avancer avec quelqu’un, mais je crois bien que ce dernier point est le plus compliqué à mettre en place dans mon plan de changement de vie, alors qu’il est je crois à l’origine de tout (ou au moins le révélateur).

Oui, j’ai envie de tout changer, mais je ne suis pas non plus du genre à tout plaquer et tout envoyer promener (je suis parfois impulsive, mais je me soigne). Si ça se trouve, l’an prochain j’en serai toujours au même point, ou je serai revenue en arrière, la crise passée. Qui sait ?

En tout cas, j’espère vraiment du renouveau avec ce passage dans la deuxième partie de ma vie, le début d’un nouveau cycle, qui correspond en plus avec l’arrivée du printemps. Et normalement, dès la semaine prochaine je devrais être à nouveau plus présente ici, parce que le blog reste essentiel, ça ça ne change pas (mais le fait est que je suis un peu engloutie dans Paul Auster, dont le dernier roman m’émerveille mais qui est une brique et que j’ai envie de savourer).

24 réponses sur « Le cap 40 »

  1. la plume et la page

    Joyeux anniversaire Caroline! Profite bien! Eclate toi à Paris.
    (Ce que tu me dis de la crise de la quarantaine ne me rassure pas… Mais j’ai déjà pas mal morflé pendant la 38ème… Même si cette année n’a pas apporté beaucoup de changements.)

    Aimé par 1 personne

  2. Bérengère Loire-Isère

    Bon anniversaire Caroline. ce post est très émouvant.
    De mon côté je viens d’avoir 39 ans. Quelques mois auparavant j’ai appris que j’avais un cancer. Depuis, ma vie a pris un autre sens.
    Bises et bon anniversaire

    J'aime

  3. Miss Zen

    Joyeux anniversaire. Tu verras c’est pas si terrible la quarantaine (à part les cheveux gris) – c’est dans cette dizaine que j’ai réalisé bien des envies et eu le courage de quitter ce qui ne me convenait plus – j’espère revivre la même chose au passage de la prochaine dizaine…..

    Aimé par 1 personne

  4. keisha41

    Les quarantièmes rugissants? Accroche toi. ^_^
    Cela mouline dans la tête, beurk Orleans je n’aurais pas supporté (sauf la proximité avec paris, que je t’envie)(mais pas paris, hein!). Puis bien réfléchir si tu ne veux pas passer ta vie dans les transports, et le calme aussi ça compte; Plus caser l’écriture, et des trucs plus perso que je devine. Courage!
    Tu me connais, donc tu sais que j’ai (hum, largement) passé le cap, figure toi que des surprises sont possibles après (même si j’avoue avoir été si bien dans mes baskets à ce moment là que je n’ai pas ressenti le passage)

    Aimé par 1 personne

  5. Mind The Gap

    Ben ce que tu dis sur les élèves est en effet étonnant et confirme peut être la crise de la quarantaine. Pas facile de ne pas se mettre en quarantaine de soi-même. Je te souhaite le meilleur quoi qu’il en soit , et notamment pour l’écriture !

    Aimé par 1 personne

  6. NiDr

    merci pour ce partage. J’ai 37 ans. J’attends le pied ferme…
    mon passage préféré:  » ils sont au contraire et pour la première fois de ma vie mon pilier et ma joie (je n’aurais jamais cru pouvoir écrire ça un jour, mais c’est le signe que j’ai résolu quelque chose qui était sans doute la raison inconsciente pour laquelle j’ai choisi ce métier) »…

    il n’est pas exclu que d’ici peu je m’y reconnaisse.
    je le garde en mémoire, comme un tissu coloré, si d’aventure tout devenait gris d’ici trois ans.

    Franck
    https://mindfulair.wordpress.com/

    J'aime

  7. Ping: Guide de survie quand tu as 40 ans, de Violette Joffre et Ronan Daniel – Cultur'elle

  8. Ping: Qu’avons-nous fait de nos rêves d’enfant ? – Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.