Instantané #62 (jour de neige)

jour de neige

Dans un article de 2013, j’écrivais combien je détestais la neige. En le relisant, je me suis rendu compte que sur ce sujet-là aussi, mon rapport aux choses était en train d’évoluer (vous allez voir, je vais finir par aller m’installer dans un village isolé, moi qui ai toujours clamé que j’étais une citadine intégriste). Alors entendons-nous bien : la neige ce n’est pas pratique pour circuler, surtout quand on vit dans une région où tout est bloqué quand il y a 3 flocons qui tombent et qu’on n’a pas de pneus adaptés sur sa voiture à laquelle on tient comme à la prunelle de ses yeux (jeune j’avais une 205 avec des pneus neige, c’était impeccable).

Bon, il faut dire aussi que j’ai un passif d’enfance avec la neige : lorsqu’il y en avait trop et que les cars ne passaient pas, j’étais tout de même obligée d’aller à l’école ou au collège, même si j’étais la seule. C’était un calvaire de devoir faire la route à pieds, pour rien en plus. Du coup, j’ai toujours gardé ce traumatisme. Par contre, j’avais une très jolie luge en bois, et ça j’adorais.

Mais là, cette année, je suis assez contente de la voir. Elle m’a manqué pour mon réveillon en montagne, j’aurais voulu marcher dedans avec mes bottes fourrées (qui n’ont strictement rien de bottes de neige d’ailleurs), boire un vin chaud au coin du feu en regardant le paysage tout blanc, sortir et sentir les flocons qui tombent sur moi. Alors du coup, là, j’étais assez émerveillée de cette blancheur, de cette pureté, de ce silence ouaté, de cette luminosité particulière que prend la nuit. Résolument, je préfère la neige en montagne. J’aimerais bien, aussi, un jour, admirer la neige à la mer. Mais bon, je fais avec ce que j’ai, à savoir le jardin de la résidence, et les rues d’Orléans. Regarder les flocons s’accumuler sur les branches nues des arbres (qui ont du coup l’air d’être déjà en fleurs) et sur le rebord des toits.

En fait, c’est apaisant la neige. Inspirant. Et gai, finalement, après toute cette pluie. On pourrait presque se sentir retomber en enfance. Je me souviendrai toujours de la joie d’une amie sicilienne, il y a quelques années : elle n’avait jamais vu la neige, et lorsque nous sommes sorties du bar où nous avions passé la soirée, la ville s’était recouverte d’un épais manteau blanc, et son bonheur à le découvrir, son enthousiasme réel, c’était beau, ça avait quelque chose de magique, et d’ailleurs, dès qu’il neige, le monde a tout de suite l’air différent.

Et il me prend soudain des envies de grands espaces poétiques. De longues promenades. De séances photos dans des paysages purs et immaculés. Presque de ski. Bon, le problème c’est que je n’ai fait du ski qu’une journée dans ma vie, et que j’ai trouvé le moyen de me blesser au genou. Donc je ne sais pas skier, et j’ai bien peur qu’à mon âge ce soit un peu tard. Mais tant pis. On peut toujours fantasmer. Et puis il me reste toujours les bonhommes de neige et la luge !

7 réponses sur « Instantané #62 (jour de neige) »

  1. La plume et la page

    Magique! On en a eu aussi sur Rouen, notamment vendredi, et comme à Orléans, on est tellement bien équipés, que ça a été une sacrée pagaille sur les routes!
    J’adore la neige! J’ai appris à skier petite mais ça fait un paquet d’années que je n’ai pas descendu une piste… Je rêve d’aller à la montagne!!!

    Aimé par 1 personne

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.