Humeurs

Etre ou ne pas être féministe, telle n’est pas vraiment la question…

Comme cela faisait longtemps que je n’avais pas fait d’article polémique et qu’aujourd’hui je suis d’humeur batailleuse, allons-y.

Alors en préambule, on va dire que les débats récents sur le harcèlement sexuel et la tribune du Monde me sont un peu passés au-dessus : désolée, j’étais un peu occupée à réapprendre à vivre et à avoir des sentiments amoureux en quelque sorte. Encore que, ça a un lien : si je ne m’étais pas montrée importune et insistante, il ne se passerait tout simplement rien, sans doute (les hommes sont parfois compliqués). Bon, j’ai quand même réfléchi à la question, et comme d’habitude, ma position est entre deux : si je suis bien d’accord avec le fait qu’il est totalement inadmissible qu’un homme se frotte contre moi et jouisse sur mon manteau dans le métro (cela étant, ça ne m’est jamais arrivé et je me demande si je ne leur fais pas un peu peur, aux harceleurs, car j’ai beau me creuser la cervelle, si j’ai été harcelée moralement par des femmes, je ne l’ai jamais été sexuellement par des hommes…) (cela étant, les signataires de la tribune ne disent pas le contraire non plus) je suis aussi d’accord avec le fait que quand on drague, on ne sait jamais à l’avance si on va importuner ou non. Et que pour moi, que ce soit dans la rue, dans un bar ou au travail, l’amour (le sexe ?) n’est jamais, a priori, hors sujet. L’autre jour d’ailleurs sur Twitter j’évoquais l’idée qu’on porte des bracelets pour indiquer si on était ouverte à la drague (sans garantie de résultat) ou non…

Enfin, bref, comme dirait Pépin, à part les deux énormes âneries proférées par deux des signataires, je n’ai pas vu dans la tribune du Monde de quoi m’horrifier, et surtout, je considère qu’après tout, les femmes qui l’ont signée ont bien le droit de s’exprimer. Parce qu’il se trouve qu’on est dans un pays libre, déjà, et surtout, que ma conception du féminisme, c’est justement que chaque femme a le droit d’être femme comme elle l’entend.

Du coup, lorsque je lis qu’une des signataires de la tribune voit la projection-débat de son film annulée par un collectif « féministe », mon sang ne fait qu’un tour et je sors de mes gonds (bon, ok, j’étais déjà agacée par autre chose à la base, il n’empêche). Parce que c’est de la censure, et que la censure me met hors de moi. Et surtout : dans les faits, il s’agit tout simplement de punir une femme parce qu’elle a osé, quelle horreur, proférer une pensée non consensuelle, en dehors de ce qui est devenu la pensée unique. Ce qui est rigolo, c’est qu’empêcher les femmes de s’exprimer librement, c’est tout justement ce que ces pseudo-féministes reprochent aux hommes de faire. Et oui !

Du coup, je me dis que ce n’est pas étonnant que certaines femmes refusent de se dire féministes : ce n’est pas qu’elles ne le sont pas dans les faits. C’est juste qu’actuellement, le féminisme est tellement confisqué par des femmes qui refusent la parole libre des femmes, qui ont une vision fanatiques des relations entre les sexes et qu’elles refusent absolument qu’on en ait une autre, et aussi par quelques unes qui semblent quand même avoir encore plus de problèmes que moi à régler avec les hommes et ce n’est pas peu dire, que beaucoup ne se reconnaissent pas dans ce féminisme-là, et n’ont absolument pas envie d’y être associées.

Je suis féministe parce que je crois que les femmes sont égales aux hommes (voire supérieures mais c’est un autre débat) (mais ne vous inquiétez pas messieurs même lorsque nous dominerons le monde nous vous aimerons toujours). Mais que chaque femme a le droit de se positionner vis-à-vis d’eux comme elle le souhaite. Et que chaque femme a le droit d’exprimer ses positions sans être insultée par celles qui s’approprient (et au nom de quoi ?) le mot et ont un ego tellement surdimensionné qu’on pourrait se mettre en orbite autour qu’elles s’autorisent à dire d’une telle ou d’une telle qu’elle est une mauvaise féministe. Et bien moi, je préfère être une mauvaise féministe qu’une intégriste qui empêche les femmes de s’exprimer librement !

(18 commentaires)

  1. Yes. I have great sympathy with much of what used to be feminism: the right to equal opportunities and treatment. Modern feminism is frankly a disaster for many women.

    (Not sure about innate superiority of women, though….. we’re different, and I don’t want to put a value judgement on those differences)

    J'aime

  2. Personnellement , je crois que quand le courant passe entre 2 personnes : ça se voit (se sent )au premier regard . Après ,il y a des « lourdingues  » chez les 2 sexes .Inutile de légiférer .
    Quand on en arrive aux frottements , gestes déplacés : souvent la fermeté suffit (et la paire de gifle si besoin ).
    Pour ce qui est du plus grave :attouchements ,abus ,viols ,violences conjugales …:la loi a déjà prévu les sanctions .Que la parole de la femme victime (ou de l’homme ) soit facilitée (avec un accès simplifié au dépot de plainte ) est une bonne chose car beaucoup de victimes ont du mal à en parler (et on les comprend) .
    A part ça : je ne me positionne pas en tant que féministe ou pas .Je suis une femme, j’aime nos compagnons les hommes .
    Inutile pour moi de signer des tribunes ,c’est au cas par cas .
    Ps : j’aime la galanterie et les petites attentions ,après tout est question de mesure

    Aimé par 1 personne

  3. Et toc ! C’est magistral, tu dis tout ce que je pense de cette histoire ! Je déteste les « intégristes » de tout poil alors quand d’autres femmes voudraient m’apprendre à penser le féminisme, ça me met hors de moi ! Bravo Caro♥

    J'aime

  4. Merci pour ce point de vue sensé, équilibré et respectueux. Si j’ai été absolument choqué par les révélations qui ont lancé cette campagne « metoo », et que celle-ci a apporté un autre regard, nécessaire, sur la condition de femme, je goûte assez peu les excès de « la tyrannie de la majorité » que nous vivons aujourd’hui.

    J'aime

  5. Ravie de lire exactement ce que je ressens ! Les femmes qui se revendiquent féministes sont souvent si agressives et « ultra » que je ne me retrouve pas dans leurs paroles et leurs idées. Alors que je suis féministe. Mais raisonnable, modérée, réfléchie. Et que surtout, à mon sens, être féministe ne veut pas dire partir en guerre contre les hommes !

    Aimé par 1 personne

  6. Tout à fait d’accord avec toi. Je suis pour la liberté de la femme sans jugement, mais ne me sens pas féministe pour autant. Je suis juste pour le respect humain, parce que c’est de ça dont il est question.
    Et comme toi, je n’ai subi (autant que je m’en souvienne), que du harcèlement morale de la part de femmes…

    Aimé par 1 personne

  7. Vos mots sont justes, chargés d’une réflexion plus ample (donc non restreint à un angle de vue dans l’immensité d’une tel sujet).

    Il faut éduquer les jeunes générations, toutes les générations, pour sortir d’un schéma admis et obsolète de différences femmes-hommes. Des mots vers nos proches donnent parfois une nouvelle vision de notre réelle égalité, sans jamais chercher à la diminuer, encore moins à la remettre en cause.

    Et pour le harcèlement, tant de choses à dire, faisons front tous ensemble !

    Aimé par 1 personne

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s