Elle se fait des films

Un bonheur n’arrive jamais seul, de James Huth

Un bonheur n'arrive jamais seul, de James HuthLe sucre ne sert à rien quand c’est le sel qui te manque.

Je ne sais pas pourquoi, je suis toujours un peu méfiante vis à vis des comédies romantiques française. Mais j’en arrive à un stade auquel je commence à avoir un peu vu tout ce qui était regardable en terme de films anglais et américains pour les gens de mon âge (hummm) donc lorsque je suis tombée sur celle-ci par hasard, je me suis dit qu’après tout, je ne risquais rien…

Sacha, un pianiste bohème et phobique de l’engagement, qui n’aime pas trop les enfants pour couronner le tout, et couvé par sa maman, a le coup de foudre pour Charlotte, qui en plus d’être plus vieille que lui a trois enfants, et est séparée d’Alain Posche, le principal client de l’agence de publicité grâce à laquelle Sacha vivote, bien décidé à ce qu’elle ne le quitte pas complètement…

Je regardais ce film avec beaucoup de plaisir mais sans en être totalement illuminée non plus lorsque tout à coup, une phrase, sur un sujet précis, m’a fait comprendre que ce n’était sans doute pas par hasard que je m’étais retrouvée à le regarder en cette soirée un peu mélancolique tant elle (la phrase) éclairait de manière frappante un aspect de ma situation actuelle — ou plutôt m’a permis de comprendre quelque chose au sujet de quelqu’un. Bref, c’était le film dont j’avais besoin, et au-delà des différences évidentes, je me suis totalement retrouvée à la fois dans le personnage de Charlotte et dans celui de Sacha. Finalement, Un bonheur n’arrive jamais seul, c’est le carambolage entre deux univers a priori opposés mais qui ont des failles complémentaires : parfois ça casse, mais parfois aussi ça passe, et c’est un message qui fait du bien. Parce que l’amour c’est compliqué (je suis bien placée pour le savoir ; mais si c’était simple, qu’est-ce que je pourrais bien écrire ?), ça ne va pas tout seul (en tout cas pour certains d’entre nous), ça demande des efforts, un combat — que nous sommes prêts à mener ou non. Peut-être même que si ça venait trop facilement cela ne durerait pas. L’amour nous transforme aussi, ou plutôt nous révèle à nous-mêmes, et nous nous surprenons à aimer et à vouloir ce que l’on a toujours refusé : l’engagement, la stabilité, les enfants. L’amour nous révèle la meilleure part de nous-mêmes. Et l’amour fait mal aussi, parfois, parfois tout semble foutu, mais ce n’est pas pour ça qu’il n’existe pas. L’amour en fait nous apporte tout ce qu’on croyait ne pas chercher, ce dont on ne savait pas qu’on en avait besoin et que ça nous manquait. Une magnifique surprise, en somme.

Alors ce n’est peut-être pas le film du siècle, mais c’est un très très joli film qui est tombé à point nommé dans ma vie, et qui fera sans doute du bien à ceux qui sont en pleine période de doute sur leurs envies et leurs choix. J’ai parfois pleuré, mais ce n’était pas de tristesse, plutôt d’émotion.

Un bonheur n’arrive jamais seul
James HUTH
2012

(8 commentaires)

  1. Je l’ai vu il y a quelques temps, et j’ai passé un bon moment moi-aussi. OK c’est un film léger, qui ne nous encombre pas le cerveau. Mais… c’est ça aussi qui est bien parfois ! Et puis les acteurs me plaisent. Bref. J’en ai eu pour mon argent. 🙂

    J'aime

  2. Je l’ai re-re-revu tout récemment car la TV ne proposait rien d’autre. J’ai passé une belle soirée parce que je savais quoi attendre du film: un bon et joli moment sans l’éblouissement d’un chef d’oeuvre cinématographique 🙂

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s