Elle lit des romans

Où les eaux se partagent, de Dominique Fernandez

Où les eaux se partagent, de Dominique Fernandezle site l’emportait en grandeur, en pureté, en beauté, sur tout ce que nous avions vu. Le regard ne se heurtait à rien de petit, le paysage n’avait pas changé depuis le passage d’Enée, la lèpre balnéaire avait épargné ces rivages restés intacts depuis Homère et Virgile. Le cap Passero, seuil ouvert sur l’éternité, ne confinait qu’à l’infini.

Au coeur du plus froid de l’hiver, se plonger dans un roman qui sent bon le soleil, l’été et la Sicile…

Suite à un enchaînement de hasards et de rencontres, le narrateur, Lucian, un peintre français, et sa compagne Maria, une Italienne du nord, achètent une petite maison en bord de falaise dans un coin tout à fait isolé de la Sicile, pour y passer leurs étés. Si Lucian est enthousiaste, Maria, elle, est plutôt réticente, et cet achat pourrait bien, année après année, tuer lentement leur couple…

Un merveilleux roman, empreint de mélancolie et de poésie, ainsi que d’une certaine langueur qui n’est pas sans rappeler Le Guépard de Lampedusa, référence d’ailleurs explicitement assumée. La Sicile du roman n’est pas clairement datée, et du reste elle se déploie dans le temps, au fil des étés qui passent, mais toujours elle garde quelque chose d’archaïque (d’où le mépris des Italiens du Nord) entre traditions barbares, nostalgie du fascisme et vision quelque peu réactionnaire des femmes, mais cette archaïsme a aussi quelque chose de mythologique : dans ce bout du monde, on est presque dans l’Antiquité païenne, ce qui permet, été après été, de faire le point sur soi, sur ses désirs, sur ce qui se passe à son insu dans l’âme. Alors, lentement, à me sure que le monde évolue, le couple de Maria et de Lucian se désagrège. Des petits signes, pas inquiétants sur le coup, prennent longtemps après une valeur annonciatrice de la catastrophe. Comme dans la vie.

Un très beau roman donc, que je vous conseille de découvrir sans tarder.

Où les eaux se partagent
Dominique FERNANDEZ
Philippe Rey, 2018

(6 commentaires)

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s