Elle se fait des films

Crazy, Stupid, Love de Glenn Ficara et John Requa

Crazy, Stupid, Love de Glenn Ficara et John RequaJe t’offre mon aide pour retrouver ta virilité. Tu sais où et quand tu l’as perdue ?

Vendredi, j’ai reçu un mail de Netflix, qui m’annonçait avoir mis un film qui devrait me plaire : c’était Crazy, Stupid, Love, et comme j’étais d’humeur baudelairienne, je me suis dit que ça tombait parfaitement bien et qu’une petite comédie romantique était exactement ce qu’il me fallait.

Cal Weaver est parfaitement satisfait de sa vie : il a une bonne situation, de beaux enfants, une belle maison, et une femme qu’il aime, Emily, qui était sa petite amie au lycée. Mais patatras : cette dernière lui annonce qu’elle veut divorcer, et il apprend dans la foulée qu’elle a un amant. Cal est effondré, et se rend vite compte que sur le marché des célibataires, il ne vaut rien, car il ne sait absolument pas s’y prendre : heureusement pour lui, Jacob Palmer, une espèce de coach en séduction, le prend sous son aile et lui apprend les ficelles pour mettre toutes les femmes dans son lit…

Voilà un film qui remplit parfaitement son office et se laisse regarder avec beaucoup de plaisir, tout en interrogeant la difficulté des relations amoureuses. Oui parce que bon, de fait, l’amour, c’est super compliqué, et ce à tout âge, que l’on soit adolescent ou adulte, et c’est ce qui le rend si intéressant : lorsque nous aimons, nous sommes à nouveau aussi idiots que des adolescents prêts aux pires niaiseries pour l’autre. Et tout le monde se fait piéger, y compris le beau gosse trentenaire chantre d’un art pas très délicat de la séduction et qui a tendance à considérer les femmes comme des dindes facilement manipulables avec quelques techniques bien huilées. Alors, évidemment, certains personnages sont un peu caricaturaux, certaines situations à base d’imbroglios et de coïncidences pas de bol sont totalement téléphonées, mais c’est mignon, rafraîchissant, drôle, on peut allègrement mancrusher sur Ryan Gosling et ses fesses parfaites, et c’est tout ce dont j’avais besoin !

Crazy, Stupid, Love
Glenn FICARA et John REQUA
2011

(2 commentaires)

  1. J’ai bien aimé ce film, même s’il est un peu convenu. Par contre j’ai failli ne jamais le regarder, juste à cause des réactions de midinettes qu’engendrait la présence de Ryan Gosling. Alors quand je lis « ses fesses parfaites », ça me fatigue. C’est réducteur à la fois pour l’acteur et pour le film !

    Aimé par 1 personne

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s