Elle lit des romans

Le 28 Octobre, de Piero Chiara

Le 28 Octobre, de Piero ChiaraIl sut immédiatement que cette journée ferait date. Et, effectivement, il s’en souvenait toujours et il s’en souviendrait pendant des années, lors de voyages en train, dans des chambres meublées, dans les bureaux où il travaillerait, comme de l’image la plus forte et la plus belle de sa jeunesse. Même si, au fond, demeurait un peu d’amertume pour cette fin brutale et cette farce ridicule qui s’était achevée de façon honteuse.

Piero Chiara n’est pas un auteur très connu en France — et, du coup, je ne le connaissait pas. Pourtant, il jouit d’une grande notoriété en Italie, auteur d’une oeuvre romanesque riche et variée et de nombreuses nouvelles, qui s’inspirent de sa vie picaresque. Il est aussi connu pour ses convictions antifascistes, qui lui ont valu quelques ennuis. Dans Le 28 octobre, court récit composé entre 1961 et 1964, il s’inspire d’un épisode fondateur de sa jeunesse.

Fils unique, dilettante, après des années à dilapider son argent sur les tables de jeu, Peppino vient d’obtenir miraculeusement le concours de greffier adjoint, et quitte Luino pour Pontebba, à la frontière autrichienne. On ne peut pas dire qu’il soit très motivé pour cette carrière de fonctionnaire qui s’annonce, mais tout compte fait, ce départ l’arrange un peu, vu ce qui s’est passé quelques jours plus tôt, le 28 octobre, dixième anniversaire de la marche sur Rome de Mussolini…

Un petit roman astucieusement construit, drôle et ironique, léger et primesautier, et en même temps d’une sensualité délicate et troublante. En peu de pages, avec un indéniable sens du burlesque sur la fin, Piero Chiara parvient à la fois à faire la satire de la vie de Province, à ridiculiser le fascisme et à nous offrir une délicieuse éducation sentimentale et érotique avec une femme, Ines, incarnant la quintessence de la féminité. Difficile d’en dire plus sans tout dévoiler, mais ce petit récit constitue une très belle découverte ! Ne passez pas à côté !

Le 28 octobre
Piero CHIARA
Traduit de l’italien par Marie-Françoise Balzan
La fosse aux ours, 2017

(4 commentaires)

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s