Elle se promène

Costumes espagnols entre ombre et lumière, à la maison de Victor Hugo

Costumes espagnols entre ombre et lumière, à la maison de Victor HugoNouvelle exposition hors les murs du palais Galliera, « costumes espagnols entre ombre et lumière » est le second volet de la saison espagnole du musée de la mode de la ville de Paris, après « Balenciaga l’oeuvre au noir » au musée Bourdelle  et avant la rétrospective consacrée à Fortuny qui s’ouvrira le 4 octobre. Le choix de la maison de Victor Hugo place des Vosges (où je n’étais pas revenue depuis un certain temps) n’est pas anodin, puisqu’on sait notre écrivain national hispanophile, et d’ailleurs l’exposition principale est complétée dans l’appartement et dans les escaliers par les souvenirs espagnols de Totor (dessins, journal de voyage, lettres…) et nombre de documents sur les mises en scènes de ses pièces espagnoles Ruy Blas et Hernani.

L’exposition principale quant à elle propose un ensemble de costumes traditionnels espagnols (fin du XIXe – début du XXe) issu des collections du Museo del Traje, le Musée du Costume et du Patrimoine ethnologique à Madrid, mise en miroir avec une importante sélection de photos de José Ortiz Echague (1886-1980).

La très belle scénographie, très théâtrale avec ses jeux de lumière mettant parfaitement en valeur les costumes, permet de saisir toute la variété de ces costumes traditionnels, qu’ils soient costumes du quotidien ou costumes de cérémonie et notamment de mariage, costumes du peuple ou costumes des nobles : si dans la première salle les vêtements exposés peuvent sembler austères, c’est ensuite la couleur et la magnificence qui sautent aux yeux. Broderies, dentelles, passementerie, chaussures, chapeaux, bijoux, châles, tous ont été l’objet d’un travail minutieux et sont de véritables oeuvres d’art pour certains. Le plaisir esthétique se double d’un intérêt ethnologique : chaque région a ses caractéristiques propres, qui apparaissent comme évidentes dans le costume, expression de l’âme d’un peuple : on voit bien, par exemple, l’influence évidente du monde arabe sur le sud de l’Espagne et notamment l’Andalousie bien après la Reconquista avec des costumes féminins assez austères et comprenant un voile (qui n’est pas une invention musulmane, cela dit).

Bref, une très belle exposition, enrichissante et instructive !

Costumes espagnols entre ombre et lumière
Maison de Victor Hugo
6 place des Vosges
Jusqu’au 24 septembre

(2 commentaires)

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s