Elle lit des romans

Leçons de grec, de Han Kang

Leçons de grec, de Han KangVingt ans auparavant, elle n’aurait jamais imaginé qu’une langue étrangère et non la sienne puisse briser son mutisme. Si aujourd’hui elle apprend le grec ancien dans cet établissement privé, c’est qu’elle a envie de retrouver le langage par sa propre volonté. Elle est presque indifférente aux textes de Platon, d’Homère ou d’Hérodote, à ceux postérieurs écrits en hellénique vulgaire, que les étudiants qui suivent le cours avec elle désirent lire dans leur version originale. S’il y avait eu des cours de birman ou de sanskrit, deux langues qui ont recours à des systèmes scripturaux qui lui sont encore plus étrangers, elle les aurait choisis sans hésiter.

Je poursuis mes investigations en littérature étrangère non anglo-saxonne et plus particulièrement en littérature asiatique, avec cette fois l’une des plus célèbres auteures coréennes, Han Kang, qui a reçu en 2016 le prestigieux Man Booker International Prize pour son précédent roman, La Végétarienne.

Deux êtres en perdition. Une femme devenue mutique, un homme en train de devenir aveugle. Les deux sont liés par des leçons de grec ancien.

Ce roman est une petite merveille de délicatesse et de poésie. Très lent, subtil, tout en dentelle, et en même temps plein d’émotions, il m’a beaucoup rappelé les films de Wong Kar Wai et en particulier In the Mood for Love. Fable de la résilience (même si j’aime de moins en moins ce mot, je n’en trouve pas d’autre) et de la reconstruction de soi, il place au coeur de tout non la littérature, mais le langage dans sa matérialité : les mots et les phrases en grec ancien fonctionnent comme des formules magiques, non par leur sens mais par leur écriture, qui permettent de reprendre contact avec le monde et de retrouver ce qu’on a perdu.

Un très très beau roman, dont il est finalement assez difficile de parler, mais à découvrir absolument !

Leçons de grec
Hang KANG
Traduit du coréen par Jeong Eun-Jin et Jacques Batilliot
Le Serpent à plumes, 2017

1% Rentrée littéraire 2017 — 4/6
By Herisson

(12 commentaires)

  1. Le fait que l’une soit muette et l’autre aveugle le n’est a pas empêchés de créer leur propre histoire d’amour.
    Cela nous permet que l’absence de certaines sensations ne peuvent jamais nous privés des liens d’amour.
    Et cela souligne également le colossal pouvoir de la langue.

    C’est très intéressant. Merci Caroline.

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s