Elle lit des essais

Aurais-je été résistant ou bourreau ? de Pierre Bayard

Aurais-je été résistant ou bourreau ? de Pierre BayardRéfléchir en ces termes implique de poser dès le départ une notion qui sera au centre de cet essai, à savoir celle de personnalité potentielle. Je propose en effet de considérer que l’être humain ne ne se compose pas exclusivement de ce qu’il est dans le contexte historique et géographique où il est né, mais qu’il comprend également ce qu’il aurait pu être s’il s’était trouvé dans une situation différente, et en particulier dans une situation de crise violente, la plus à même de révéler, en le portant à ses limites, ce qu’il est véritablement.

Cela faisait un moment que je n’avais pas lu Pierre Bayard, l’essayiste qui secoue les neurones, et j’ai donc profité d’avoir du temps pour me plonger dans cet essai que j’avais noté il y a longtemps, et qui se pose une question que nous nous sommes tous, sans doute, déjà posée : qu’est-ce que j’aurais fait, moi, si j’avais vécu pendant l’Occupation ?

Evidemment, il ne se pose pas la question dans le vide, sans sous-bassement théorique. Son modèle est celui d’un voyage dans le temps, d’une uchronie individuelle, basée sur le concept de personnalité théorique, c’est-à-dire la part de nous qui ne se révèle que dans les situations de crise, ce que finalement nous sommes en profondeur. Après avoir esquissé dans un premier temps son modèle théorique, en mettant en évidence la prévalence des déterminations psychologiques (plus qu’idéologiques et politiques) dans nos choix, le conflit éthique c’est-à-dire le conflit entre deux injonctions contradictoires qui sont obéir aux ordres de l’autorité ou obéir à son sens moral (en se basant sur l’expérience de Milgram) et enfin le conformisme de groupe, il s’intéresse d’abord aux forces internes qui peuvent nous pousser à l’action : l’idéologie, l’indignation (un décalage entre le réel et les instances idéales qu’on s’est forgé) et l’empathie. Mais bien sûr ces forces sont contrebalancées par d’autres forces intérieures, des réticences, qu’il analyse dans la partie suivante : la peur physique, la peur aussi de risquer ce à quoi on tient, et le défaut d’une créativité qui permet de se libérer des cadres. Dans la dernière partie, Bayard analyse donc le point de bascule, ce qui peut faire que l’engagement l’emporte sur les réticences : forces individuelles, forces collectives, forces divines.

Très clair et pédagogique, cet essai, qui s’appuie sur des exemple littéraires, cinématographiques et historiques, analyse donc la question des choix, et dépasse donc clairement le cadre historique de la Seconde Guerre mondiale : en analysant les forces qui conditionnent ce que nous croyons être des choix mais qui n’en sont peut-être pas vraiment, il remet à plat tous nos engagements, petits ou grands. Comme d’habitude c’est vertigineux, profond, passionnant, et remet en cause bien des certitudes ! Indispensable !

Aurais-je été résistant ou bourreau ?
Pierre BAYARD
Minuit, 2013

(9 commentaires)

  1. Le titre me rappelle une chanson de Goldman qui pose la même question à sa façon. Il y a eu une troisième voix, celle de la majorité, ni bourreau ni complice…la voix de la passivité. Pas facile d’être clair et lisible dans ce genre de travail, là visiblement c’est le cas.

    J'aime

  2. Ce doit forcément être intéressant à lire, mais pas assez entraînant pour que je me plonge dedans.
    J’espère que je n’aurais pas été bourreau. Ce qui me fait dire cela, ma haine de l’injustice. Mais après, aussi, comme le résume parfaitement Goldman dans sa chanson « et si j’étais né et 17 à… » va savoir…

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s