Elle se fait des films

Paradox, de Michael Hurst

Paradox, de Michael HurstYou can’t fight faith. We can’t change anything.

Je suis toujours dans mes voyages dans le temps (obsession vraiment bizarre je le reconnais, d’autant que je n’ai absolument aucun projet de texte sur le sujet), et je suis tombée par hasard sur ce film : comme on sait que je suis toujours agacée par le manque régulier de cohérence sur la question des paradoxes temporels, j’étais intriguée par une oeuvre qui annonce dès le titre qu’elle va s’en occuper sérieusement.

Un groupe de jeunes génies, grâce au financement d’un mystérieux homme d’affaires, a fabriqué un accélérateur de particules qui doit leur permettre de voyager dans le temps. L’expérience fonctionne, et l’un d’eux est envoyé une heure plus tard. Mais, lorsqu’il arrive, il découvre une scène de carnage, et revient dans le présent pour essayer d’empêcher que cela se produise.

Point de suspens de ce côté là : quoi qu’ils fassent, ils ne pourront pas empêcher ce qui s’est déjà produit dans le futur de se produire, car leurs moi futurs ont déjà fait ce qu’ils sont en train de faire ; pire, par l’effet du paradoxe de l’écrivain, ils font certaines choses justement parce qu’ils savent que ça s’est produit. Et c’est très bien expliqué : l’un d’eux, un astrophysicien, leur fait tout un cours pour leur expliquer qu’on ne peut rien changer, sinon on crée un paradoxe, mais c’est impossible : si on envoie quelqu’un dans le passé pour tuer Hitler enfant, il ne commettra pas toutes ces atrocités, mais du coup personne du futur ne reviendra pour le tuer enfant, et cela sans fin. La conclusion est donc que ne peut se produire que ce qui s’est déjà produit, et que si voyage dans le temps il y a, c’est qu’il existe déjà dans la ligne temporelle. Du coup, comme dans une tragédie grecque, le spectateur ne peut qu’assister impuissant à l’enchaînement des événements, parfois plusieurs fois mais avec des points de vue différents. Pourtant, il s’agit bien d’un thriller : qui est le tueur, et pourquoi fait-il tout ça ? Et là, le film recèle des surprises, ce qui le rend au final palpitant.

Alors ce n’est certainement pas le film du siècle, les acteurs ne sont pas très bons et ça manque de moyens, mais c’est une très bonne surprise !

Paradox
Michael HURST
2016

un commentaire

  1. Je trouve aussi que le voyage temporel est un sujet majeur en science fiction, du coup je vais me le procurer car les films disons..potables dans le genre sont rares !

    très original et bien vu celui là ..

    Aimé par 1 personne

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s