Magazines

Charles : littérature et politique

CharlesLa France est le seul pays où les écrivains ont toujours joui d’une réputation extraordinaire, ça n’existe nulle part ailleurs ! Le triomphe de Voltaire a lieu en direct, les funérailles de Victor Hugo rassemblent deux millions de personnes à Paris, Colette reçoit des obsèques quasi nationales… La France est le seul pays qui a toujours fait de ses écrivains des héros, des personnages extraordinaires, y compris du temps de Louis XIV qui a demandé à Racine de devenir son historiographe. Tous les écrivains sont des gens à part en France. Bernard Pivot.

Je vous ai déjà parlé de CharlesFaute de temps, je ne peux pas lire cette revue à chaque fois, mais le dernier numéro m’intéressait fortement, puisqu’il y est question de littérature et de politique. Le trouver a été une gageure : mon buraliste ne parvenait pas à l’avoir, il me l’a cherché partout et est allé me le chercher chez une collègue avant de m’interpeller du trottoir d’en face alors que je passais avec mes fleurs et mon pain d’un tonitruant « Caroline, j’ai Charles » (je préfère ne pas savoir ce que les autres passants sont allés imaginer). Mais ça valait le coup.

En ouverture, on retrouve les rubriques habituelles, néanmoins orientées dans la direction du thème central : un très bel édito de François Mitterrand sur l’écriture et les écrivains, un très intéressant portrait de François Bayrou par Gilles Boyer (écrit avant les législatives), une enquête sur le plus jeune maire de France, un entretien avec Anne Fulda où elle raconte nombre d’anecdotes de sa vie de journaliste politique (dont une horreur proférée par Marie-France Garraud qui du coup ne me remonte pas dans mon estime (elle ne peut pas descendre plus bas)), et un entretien avec Alain Minc.

Mais le plus passionnant, c’est évidemment le dossier « littérature et politique » : un grand entretien avec Yann Moix ; une enquête sur les politiques qui écrivent des polars (par exemple Edouard Philippe) (NDM : ils sont aussi nombreux à écrire de l’érotique, par contre peu s’attaquent à la littérature blanche), genre qui permettrait le mieux d’analyser la société et de proposer une vision du monde touchant un large public ; un passionnant entretien avec Bernard Pivot sur les liens entre les politiques et la littérature ; un portrait de Bruno Le Maire ; une enquête sur les éditions du Moment, qui se proposaient d’adapter la démarche journalistique à l’édition ; un dictionnaire littéraire de la politique dans lequel on apprend beaucoup de choses ; un entretien avec Henri Guaino sur le discours politique et l’art oratoire ; une enquête sur les procès des hommes politiques contre des écrivains ; un entretien avec Cécile Guilbert (NDM : il va vraiment falloir cesser d’utiliser une certaine expression du Guépard à toutes les sauces) et un article sur les années littéraires de Léon Blum.

Pour terminer, la rubrique « révolution culturelle » : une nouvelle de Thomas Thévenoud (ou plus exactement le 1er chapitre d’un roman à paraître, et que j’ai trouvé très très intrigant : je suis curieuse d’en savoir plus) et une histoire des goodies politiques.

Bref : ça vallait le coup de se bagarrer pour le trouver, ce numéro, car je l’ai trouvé passionnant de la première à la dernière page, l’exploit étant que même des gens que je n’aime pas beaucoup (n’insistez pas, je ne citerai personne) m’ont intéressée. Et l’idée qui ressort, c’est tout de même la place centrale de la littérature en France et dans le monde politique, sorte d’exception culturelle qui fait que dans notre pays, les livres sont un élément clé du pouvoir. Tout cela donne en tout cas à réfléchir, surtout en ce jour de Fête Nationale, et je ne peux que vous encourager à vous jeter sur ce numéro d’une grande richesse, parfait pour lire en train, en avion, en bateau ou en chaise longue !

Charles
Trimestriel n°22, été 2017
Editions La Tengo
En kiosque et en librairie (a priori plus facilement en librairie)
16€

18 réflexions sur “Charles : littérature et politique

  1. J’avais vu ton message sur facebook et depuis je le vois dans plusieurs librairies et kiosque. Et maintenant, je lis ton billet. Je crois que demain je vais aller voir mon libraire pour l’acheter. Merci de ton bon conseil. 🙂

    J'aime

  2. Ça fait quelques temps que je souhaite lire la revue Charles mais son prix me freine (même si en y réfléchissant bien, 16€pour un trimestriel ce n’est pas excessif). Mais avec un tel sujet qui me touche doublement puisque je suis passionnée par la littérature et par la politique, je ne peux qu’avoir envie d’acheter Charles (rien que dire « Acheter et lire Charles », je trouve ça bien !, comme ton buraliste disant « j’ai Charles » ahah).

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s