Elle lit de la philosophie Elle lit des livres jeunesse

Pourquoi on écrit des romans, de Danièle Sallenave

Pourquoi on écrit des romans, de Danièle SallenaveChaque fois que je commence une histoire, je vois très nettement le personnage, comme s’il était devant moi. D’ailleurs ce n’est pas moi qui la commence, c’est l’histoire qui commence toute seule, c’est le personnage qui se présente. Il ne dit rien, on dirait pourtant qu’il veut que je raconte son histoire. Mais comme il ne parle pas, c’est à moi de la deviner.

Danièle Sallenave est quelqu’un dont j’ai beaucoup lu les textes lorsque j’étais en khâgne, en particulier Le Don des morts qui m’avait illuminée. Du coup, lorsque je suis tombée sur ce petit livre à la base pour les enfants mais c’est pas une raison, j’étais très curieuse de voir de quoi il retournait. En effet, comment parler de la création romanesque, ce grand mystère, aux enfants ?

L’ouvrage se présente comme un dialogue entre Anne, romancière, et trois enfants : le petit Tom, qui vient d’apprendre à lire, sa soeur Lea, un petit peu plus grande, et leur grand frère Adrien, qui préfère les films aux livres. Comme ils ne comprennent pas ce que cela signifie d’écrire des romans, elle leur explique.

Le pari est difficile, et il est réussi, même si les prises de paroles d’Anne sont parfois un peu trop didactiques voire professorales. Tous les enjeux de l’écriture romanesque sont abordés : le personnage de roman, comment on raconte une histoire, ce que c’est que la fiction, le pacte de lecture, la vraisemblance, comment on construit du faux avec des morceaux de vrai, le rapport à l’autobiographie, la différence entre écrivain et auteur, la féminisation des noms (sur ce coup, je ne suis pas d’accord mais passons), s’agit-il d’un métier, d’une profession, l’inspiration, le style, le mensonge romanesque… Evidemment, dans un ouvrage aussi court et à destination des enfants (ne me demandez pas quel : je n’y connais rien en enfants), les sujets sont abordés mais peu approfondis : mais le principe est aussi d’amorcer une réflexion personnelle, puisque la collection vise à initier les enfants au questionnement philosophique, et il y a de quoi penser et réfléchir avec un sujet aussi riche. En outre, le livre est très joliment illustré par Sandrine Martin, et émaillé de citations (Aristote, Buffon, , Queneau…), de définitions et de mini-bios des écrivains dont il est question.

Bref : un joli petit livre, qui bien sûr ne m’a rien appris à moi mais que j’ai néanmoins pris plaisir à lire, et qui intéressera sans doute vos enfants (ou vous) !

Pourquoi on écrit des romans…
Danièle SALLENAVE
Dessins de Sandrine MARTIN
Giboulées/Gallimard jeunesse, 2010

(2 commentaires)

  1. Si vous voulez lire « les remarques les plus intelligentes jamais écrites sur la littérature », d’après Nabokov, lisez « Essais sur l’art de la fiction » de Robert Louis Stevenson. Cet essai a changé radicalement ma conception de la Littérature.

    Aimé par 1 personne

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s