Elle se fait des films

Synchronicity, de Jacob Gentry

synchronicityEinstein lui-même disait que [les coïncidences] c’est Dieu qui se promène incognito.

Depuis que je me suis abonnée à Netflix, je découvre plein de choses à côté desquelles je serais passée, faute d’en avoir entendu parler. C’est le cas par exemple de ce film, qui correspond pourtant à une de mes obsessions : les voyages dans le temps.

Jim Beale est physicien, et il vient de réussir une expérience au cours de laquelle il a fabriqué un trou de ver, à travers lequel est apparu un dahlia très rare. Dahlia qu’il retrouve peu après dans l’appartement d’une jeune femme elle aussi apparue étrangement après l’expérience, et dont il va bientôt se rendre compte qu’elle lui ment. En outre, depuis l’expérience, Jim souffre de très violents maux de tête.

Très pointu d’un point de vue scientifique (pour autant que je puisse en juger) voire militant car toute sa philosophie repose sur l’opposition entre Tesla, le pur génie désintéressé à qui on a volé toutes ses inventions, et Thomas Edison qui ne voyait dans la science qu’un moyen de gagner de l’argent, ce film repose sur l’une des théories les plus avancées concernant les voyages dans le temps : les trous de ver, sortes de raccourcis à travers l’espace-temps qui permettraient donc, hypothétiquement bien sûr, de circuler. Et j’ai bien écrit espace-temps, car ici le voyage dans le temps s’associe à la question des univers parallèles, je ne vous dis pas comment, mais c’est vertigineux. Et ce qui est surtout appréciable ici, c’est que la question des paradoxes temporels n’est pas jetée par-dessus les moulins mais au contraire intégrée à la narration, avec l’idée que rien ne peut se produire qui ne s’est déjà produit, mais que parfois faute d’une vision d’ensemble on se fait une idée fausse des événement. Un peu comme dans Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban, la magie en moins et la physique (quantique) en plus.

Cela donne un film franchement passionnant, bien fait, auquel je ne suis pas certaine d’avoir tout compris (j’ai fait des études de lettres, pas de physique quantique) mais cela n’enlève finalement pas grand chose au plaisir que procure ce thriller !

Synchronicity
Jacob GENTRY
2015

Une réflexion sur “Synchronicity, de Jacob Gentry

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s