Elle décore instantanés

Instantané #57 (PornBooks)

pornbooksJ’en suis enfin aux finitions déco. D’ailleurs, un élément essentiel dont je rêvais depuis très longtemps arrivera fin août, avec une très jolie histoire empreinte de coïncidences amusantes, mais je vous en reparlerai lorsque je l’aurai.

Pour l’heure, parlons livres. Ils sont évidemment une part essentielle de mon quotidien, et prennent donc, fort logiquement, toute leur place dans ma décoration, ne serait-ce qu’avec les bibliothèques. Il y a aussi, bien sûr, les livres de table basse, que je renouvelle régulièrement. Je viens également d’inventer le livre de console.

Il y a cette console, dans la chambre, sur laquelle j’avais dès le départ posé quelques beaux livres, mais j’ai récemment approfondi le concept. En fait, l’autre jour, j’écrivais une nouvelle dans laquelle je décrivais la chambre de Salomé, et je voulais quelque chose qui soit à son image (je rappelle qu’elle écrit des nouvelles érotiques, et qu’elle est chercheuse spécialisée dans les rites sexuels), quelque chose qui soit une sorte d’équivalent des fameuses estampes japonaises mais sans être aussi cliché. Dans sa chambre, j’ai donc placé une statue de Dewi Sri, déesse indonésienne de la fertilité (cette statue existe, je l’ai repérée au dépôt-vente d’à côté, mais elle est un peu chère) et j’ai eu l’idée d’un assortiment de livres sur l’érotisme (au sens large). Et après, comme il existe évidemment des correspondances entre Salomé et moi, j’ai fait pareil, et j’ai sélectionné quelques ouvrages suggestifs dans ma bibliothèque : le catalogue de l’exposition sur Cléopâtre du British Museum, une histoire de l’adultère, une monographie sur la représentation (fantasmée) du harem dans la peinture occidentale, deux ouvrages de Régine Deforges, un livre un peu ésotérique sur Isis, un livre sur la séduction et celui de Nathalie Rykiel sur l’élégance (avec le fabuleux texte d’Emmanuel Carrère), et, enfin, un livre auquel je tiens beaucoup, qui est une rareté et dont je ne sais plus ou et quand je l’avais déniché : L’archéologie de la sexualité de Paul Frischauer (qui me sert de modèle pour un des livres écrits par Salomé).

J’avoue que je suis plutôt contente de l’effet produit !

(5 commentaires)

  1. J’aime beaucoup l’idée et je trouve que ça rend très bien.
    C’est marrant comme on pense à des choses pour les autres (réels ou fictifs) avant de se dire que ça peut être sympa pour nous aussi.

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s