Elle se réfléchit dans le miroir

Le tour de mon quartier

Je dis beaucoup de mal d’Orléans. Encore qu’un peu moins, ces derniers temps. Mais enfin, ce n’est pas une ville dont je suis très fan. Par contre, très bizarrement (mais cette incohérence ne surprendra personne venant de moi) j’adore mon quartier, et c’est la raison pour laquelle il était compliqué pour moi de songer à déménager : certes, je voulais un appartement plus grand (et plus facile au quotidien), mais je ne voulais pas changer de quartier. Or celui où je vis est plutôt coté, et l’immobilier un peu compliqué. Ce que je ne savais pas, d’ailleurs, lorsque je suis arrivée : il y a 12 ans, début juillet, j’avais deux jours pour trouver un appartement, dans une ville où je n’avais jamais mis les pieds, et libre fin août. Le hasard a finalement plutôt bien fait les choses.

Alors, pour quoi j’aime ce quartier, me direz-vous ?

Et bien, d’abord, parce qu’il est calme et joli : de belles maisons, de beaux immeubles en brique rouge avec de fascinants détails architecturaux, et le truc que j’adore : les venelles, dans lesquelles on peut se promener tranquillement. Le centre-ville n’est pas loin, mais l’extérieur de la ville non plus. Autre avantage de la situation : pile entre les deux gares, celle d’Orléans-centre à 1/4 d’heure à pieds, et celle des Aubrais à deux arrêts de tram. Idéal pour moi qui m’échappe souvent.

Mais surtout, ce que j’adore, c’est qu’il y a de nombreux petits commerces : un fleuriste qui fait des choses magnifiques (et vend aussi des fruits et légumes locaux), un poissonnier, un fromager, un boucher (deux même), un épicier italien, une petite épicerie de proximité pour les urgences, un cordonnier, deux couturières, plusieurs traiteurs, depuis peu une épicerie fine/bio, et évidemment les habituels pharmacie, coiffeur, buraliste, supermarché et boulangers. Il y a aussi un marché, mais je n’y vais pas souvent parce que c’est le jeudi après-midi et que du coup, je travaille. L’avantage : on peut faire ses courses à pied. Il ne manque en fait qu’une librairie (il faut aller complètement de l’autre côté de la ville pour trouver la plus proche malheureusement) et un vrai café agréable (il y a des trucs, mais peu engageants). Cela manque aussi de restaurants et d’espaces verts mais bon, on ne peut pas tout avoir.

Et puis, le comble du chic : c’est ici que Proust vivait durant son volontariat militaire. Je l’ai déjà dit, mais je ne m’en lasse pas (oui, je sais, il m’en faut peu).

18 réflexions sur “Le tour de mon quartier

  1. J’ai fait un saut l’année dernière et j’ai bien aimé le centre ville. Il y a une librairie très sympa et une boutique très belle qui vend des thés.

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s