Romans

Jeux de miroirs, de E. O. Chirovici

Jeux de miroirs, de E. O. ChiroviciUn grand écrivain français a dit un jour que le souvenir des choses passées n’est pas nécessairement le souvenir des choses telles qu’elles furent. Il avait sûrement raison.

Dernier roman en lice pour le Prix Relay des voyageurs 2017. Un roman vers lequel je ne serais sans doute pas allée spontanément, et cela aurait été vraiment dommage, encore une fois.

Peter Katz, agent littéraire, reçoit une proposition de manuscrit intitulé Jeux de miroirs, dont la lettre d’accompagnement l’intrigue et dont les 70 premières pages lui donnent envie de lire l’ensemble : récit apparemment autobiographique, le texte revient sur un fait divers ayant défrayé la chronique à la fin des années 80, le meurtre jamais élucidé du professeur Wieder, et propose le témoignage d’un des principaux protagonistes de l’histoire, l’auteur lui-même, Richard Flynn. Mais lorsque Katz tente d’obtenir le reste du manuscrit, Flynn est mort, et sa compagne ignore tout du roman. Katz fait alors appel à un journaliste d’investigation, John Keller, pour écrire la suite. Mais devant tous les témoignages qui ne concordent pas, Keller perd vite son latin !

Véritable page-turner, ce roman s’engloutit à une vitesse hallucinante, tant on est curieux de connaître le fin mot de l’histoire qui pose le problème de la mémoire et du souvenir : chaque protagoniste se souvient et donne sa version des faits, chacune a priori cohérente, mais il devient très vite évident que tous ces morceaux ne se superposent pas les uns les autres. Certains mentent, c’est évident, mais il est difficile de savoir qui, et surtout, il apparaît bien vite que même les témoignages de bonne foi ne correspondent pas à la vérité, faute d’une vision globale des faits. On est ici comme dans la galerie des glaces de Versailles : on se perd, on ne sait plus où est l’original et le reflet, et le reflet du reflet, et on en vient à douter, finalement, de l’existence de la vérité, ou en tout cas de son accessibilité, comme dans la caverne de Platon. Totalement postmoderne, le roman met donc en doute la stabilité du monde, comme si finalement à les raconter les histoires devenaient autant de réalités alternatives impossibles à distinguer de la réalité première. Et ces jeux de miroirs ne sont-ils pas, finalement, l’image même de la fiction, comme le montre la mise en abyme initiale ?

Bref, un roman passionnant, impeccablement mené, qui nous tient en haleine et qui, sous des allures de thriller, nous invite à réfléchir à l’instabilité de la mémoire. Néanmoins, je regrette que certaines choses ne soient pas menées à leur terme, et notamment les travaux de Wieder sur l’effacement des souvenirs traumatiques, sujet passionnant et forcément vertigineux !

Jeux de Miroirs
E. O. CHIROVICI
Traduit de l’anglais par Isabelle Maillet
Les Escales, 2017

En lice pour le Prix Relay des voyageurs 2017
N’oubliez pas de voter !16

2 réflexions sur “Jeux de miroirs, de E. O. Chirovici

  1. Pingback: Prix Relay des voyageurs-lecteurs 2017 : bilan de lectures | Cultur'elle

  2. Pingback: Jeux de miroirs, E.O. Chirovici | Bric à Book

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s