récits et chroniques

Lisbonne, de Fernando Pessoa

Lisbonne, de Fernando PessoaNous allons à présent prier le touriste de nous suivre. Nous lui servirons de cicérone et sillonnerons la capitale en sa compagnie, veillant à lui signaler les monuments, les jardins publics, les édifices les plus remarquables, les musées, bref, tout ce qui vaut la peine d’être vu dans cette cité merveilleuse qu’est Lisbonne.

Ça se voit, non, que j’ai déjà envie d’être à Lisbonne ? D’ailleurs, la preuve : j’ai déjà ajouté la ville dans mon application météo. Mais bref. Comme je l’avais raconté, mes envies de voyages sont littéraires, et cette année, j’ai choisi de m’envoler pour Lisbonne parce que j’avais envie de Pessoa. Du coup, je me suis fort logiquement plongée dans la lecture de Pessoa, avec ce petit texte fort original. Le livre de l’intranquillité viendra plus tard.

Outre une introduction et un article de Libération datant de 1988 se lançant à la recherche de l’auteur dans les rues de la capitale portugaise, Lisbonne est constitué de trois textes écrits par Pessoa : « Ce que le touriste doit voir », où il nous guide dans les rues de la cité, « Les Journaux de Lisbonne » pour savoir quels périodiques lire, et « Visite à Cintra en passant par Queluz ». Le tout accompagné d’un plan.

Il s’agit donc d’une véritable visite guidée, et c’est un réel plaisir de déambuler dans les rues accompagné d’un tel hôte, de l’écouter nous raconter l’histoire des lieux (marquée par le terrible tremblement de terre de 1755 dont ils portent encore les stigmates), nous décrire les monuments de façon très précise et informée : on sent dans ces pages l’amour qu’il voue à sa ville, sa fierté de la montrer, et la parfaite connaissance qu’il en a, connaissance qui va jusqu’aux prix et aux horaires d’ouverture des différents lieux (qui ont probablement changé depuis, cela dit). Evidemment, Pessoa s’attarde sur les incontournables, mais pointe aussi des visites plus originales, auxquelles on aurait pas forcément songé, des circuits très bien pensés à travers la ville qui permettent de tout voir.

Evidemment, il n’est guère question de le suivre pas à pas, d’abord parce que la visite se fait en voiture mais aussi, bien sûr, parce que la ville a sans doute pas mal changé. Reste que ce petit ouvrage procure un grand plaisir de lecture, enrichissant culturellement et historiquement, permet de se projeter (ou de se remémorer pour ceux qui connaissent Lisbonne), et de noter quelques idées de visites : ça change des guides de voyages traditionnels !

Lisbonne
Fernando PESSOA
Traduit de l’anglais par Béatrice Vierne
Anatolia, 1995 (10/18, 1997)30

9 réflexions sur “Lisbonne, de Fernando Pessoa

  1. moi aussi j ai envie de découvrir cette ville. Cela me rappelle un livre Pereira prétend de Antonio TABUCCHI à lire bises

    J'aime

  2. Pingback: Lisbonne : une journée à Cascais | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s