Anthologies

Le goût de Lisbonne

Le goût de LisbonneEn fait, Lisbonne existe-t-elle ? A la lecture des pages qui suivent, on pourrait en douter : sans cesse la cité se dilate et se contracte, apparaît brûlée par un soleil presque africain, puis soudain noyée dans un crachin nordique. Lisbonne flottante comme un mirage, qui se dérobe dès qu’on tente de l’approcher, se fractionne en une multitude de détails, microcosmes emboîtés à l’infini. Les murs tapissés d’azulejos sont autant de trompe-l’oeil, et même les mosaïques des trottoirs, aux motifs de vagues, donnent l’impression de marcher sur la mer. Seuls les rails des tramways semblent ancrer la ville au sol, tisser un réseau tangible reliant ce qu’il faut bien appeler un archipel.

Comme mon second prénom est Incohérence, j’ai passé mon week-end à Bourges à commencer à préparer mon séjour à Lisbonne. Logique. (Mais ça ne m’a pas empêchée de profiter de Bourges, vous verrez). Et pour commencer, mon choix s’est porté sur cette petite anthologie, dont je connaissais déjà d’autres volumes, et notamment celui sur Alexandrie pour des raisons universitaires.

Le principe est simple : proposer aux plus grands auteurs de nous servir de guides touristiques à travers leur ville. Ici, nos guides sont donc, entre autres, Camões, Pessoa, Saramago, Lobo Antunes, Miguel Torga, ou encore Tabucchi, seul non Portugais de l’étape. A travers des extraits, l’ouvrage nous invite donc à voir (la tour de Belém, le port, l’ascenseur Santa Justa, la place Camões…), goûter (le vin de Porto ou de Colares, les plats dont on nous donne la recette), vivre (le fado, les multiples points de vue, le Tage, les parcs, les fêtes). Chaque extrait est accompagné d’un commentaire.

Pour qui voyage à travers la littérature, cette petite anthologie est une véritable mine d’or : non seulement elle nous permet des découvertes textuelles et donne des envies de lectures (même si j’ai déjà le Lisbonne de Pessoa dont sont issus plusieurs extraits), elle donne aussi bien des idées de découvertes sur place et de visites, pas toujours les plus évidentes. On apprend également beaucoup de choses sur l’histoire et la culture (par exemple, saviez-vous qu’au Portugal il existe un jour férié, le 8 décembre, pour que les gens puissent faire leurs achats de Noël — même si c’est officiellement la fête de l’Immaculée Conception ?).

L’ouvrage mériterait sans doute d’être réactualisé (il date de 2002). Mais c’est vraiment passionnant : si vous prévoyez un voyages, cherchez si votre destination existe dans la collection, parce que cela vaut vraiment le coup !

Le Goût de Lisbonne
Textes choisis et commentés par Jean-Noël Mouret
Mercure de France, 2002

6 réflexions sur “Le goût de Lisbonne

  1. ahaha moi aussi je m’offre un ptit séjour à Lisbonne avec le poilu (et sans minots …. Libertééééééééé !)
    Bisous demoiselle
    (et je prépare tout doucement le séjour avec les mêmes lectures que toi 😉 )

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s