Elle lit des textes biographiques et autobiographiques

Ecoute-moi bien, de Nathalie Rykiel

Ecoute-moi bien de Nathalie RykielÊtre une icône, être une légende, être une pionnière,
Être une couturière qui marquera l’époque,
Être une femme libre, engagée, généreuse, un symbole pour des générations de femmes,
Être une amie précieuse et fidèle
Être sœur aînée et chef de clan,
Être la meilleure des grands-mères…
Être ma mère.

J’aimais énormément Sonia Rykiel, que j’avais eu la chance de rencontrer comme en témoignent les deux livres dédicacés assortis d’un dessin personnalisé qui font partie des trésors de ma bibliothèque. J’ai également beaucoup d’admiration pour Nathalie, son sens de l’élégance ; c’est elle qui, la première, a eu l’idée de proposer des sex-toys dans une boutique chic, en plein Saint-Germain. J’avais 20 ans ou à peine plus, c’était un de mes premiers séjours à Paris, et j’ai été conquise par l’aspect feutré et chic qui émanait de ce sous-sol comme un boudoir. Et puis, la boutique Sonia Rykiel, sur mon cher boulevard Saint-Germain, on ne peut pas la manquer : elle est tapissée de livres. C’est toute l’histoire de ma vie, finalement : montrer qu’on peut aimer la culture, les livres, tout autant que la mode et les vêtements. Que l’on est pas obligée de choisir.

Alors, ce texte : une évidence !

Tout commence au cimetière du Montparnasse, devant une tombe où, désormais, sa mère repose. S’engage alors un dialogue, le dernier, que l’auteure voulait achever avant que sa mère ne meure : même si elle utilise parfois la troisième personne, c’est à Sonia Rykiel que Nathalie s’adresse. Les souvenirs d’enfance, d’adolescence et d’adulte. Ce que ce fut que grandir et devenir adulte auprès de cette femme-là, les choix parfois difficiles. Et puis la maladie, qui vient tout abîmer, cette P de P…

Émouvant et même bouleversant, ce texte, écrit dans l’urgence d’achever avant que la mort n’emporte tout, présent, passé et futur, vise à laisser une trace. Hommage d’une fille à sa mère, d’une femme à une autre femme, il nous donne de Sonia Rykiel avant tout l’image d’une femme libre et courageuse, une figure un peu écrasante aussi, il faut bien le dire, mais follement attachante dans ses doutes et ses faiblesses. Une mère, mais aussi une personne publique, partant immortelle.

C’est éminemment intime, bien sûr : Nathalie Rykiel dit tout — et pourtant, finalement, nous ne saurons pas tout. Mais l’intime atteint ici l’universel, et c’est pour cela que ce texte est si touchant !

Ecoute-moi bien
Nathalie RYKIEL
Stock, 2017 (sortie le 10 mai)

(4 commentaires)

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s