Textes biographiques et autobiographiques

La mémoire n’en fait qu’à sa tête, de Bernard Pivot

La mémoire n'en fait qu'à sa tête, de Bernard PivotBref, plus je vieillis, plus mes lectures sont ponctuées d’arrêts commandés par ma mémoire. Elle n’est pourtant pas la partie la plus vaillante de ma petite personne. Imprévisible et capricieuse, elle aime bien cependant déclencher sur moi des ricochets semblables à ceux obtenus par ces petites pierres plates que je faisais rebondir sur la surface étale des étangs et des rivières de mes jeunes années. 
Ces ricochets, profession oblige, sont le plus souvent littéraires. Ou, plutôt, relevant de la vie littéraire. Les mains de la plupart des écrivains évoqués ont lâché le stylo. De mes ricochets ils ne feront pas de ricochets. Ç’aurait été plaisant et m’aurait rappelé les concours que nous faisions au bord de l’eau, comptant le nombre de fois où la pierre rebondissait jusqu’à ce que, à bout de force, elle disparût.
La mémoire n’en fait qu’à sa tête. C’est pourquoi elle interrompt aussi mes lectures pour des bagatelles, des sottises, des frivolités, des riens qui sont de nos vies des signes de ponctuation et d’adieu.

Passer à côté d’un nouveau livre de Bernard Pivot ? Impossible pour moi.

Parfois, lorsque nous lisons, nous levons les yeux parce qu’un mot, une phrase a fait resurgir un souvenir — c’est sur ce principe que repose ce texte : chaque petit chapitre voit naître une réflexion, un souvenir, ressuscité par une lecture.

C’est évidemment un livre délicieux, drôle, spirituel, d’une grande légèreté apparente mais qui aborde souvent des sujets profonds. En tous les cas, variés : gastronomie, œnologie, football, enfance, vie littéraire, par petites touches Bernard Pivot nous fait son portrait. Et le livre est à son image : hédoniste, bouillonnant de vie, de chair et de chère, rempli de petites phrases savoureuses dont on a parfois envie de faire des maximes. Et, par mimétisme, on fait comme lui : on lève les yeux pour suivre le fil des réflexions et des souvenirs nés de ses phrases.

Un petit livre plein d’intelligence, qui fait du bien (surtout par les temps qui courent où on a bien besoin d’intelligence — c’est avec lui que j’ai passé le 23 avril), et qui se savoure par petites gorgées !

La mémoire n’en fait qu’à sa tête
Bernard PIVOT
Albin Michel, 2017

4 réflexions sur “La mémoire n’en fait qu’à sa tête, de Bernard Pivot

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s