Elle décore lifestyle

Home (sweet home) tour

C’est une page blanche. De beaux volumes, clairs, lumineux, ouverts. Un espace vierge et immaculé, sur lequel je vais pouvoir écrire un nouveau chapitre de ma vie.

Au début, j’avais peur de ne pas m’y sentir chez moi. Une des raisons pour lesquelles je ne l’ai pas acheté (les autres étant l’impôt foncier et les frais de notaire). Cet appartement, je l’ai connu habité par le couple de personnes âgées adorables qui vivait là et qui a toujours été là pour moi lorsque j’avais un problème. D’ailleurs, je leur avait donné mes clés, en cas de souci. Elle est morte en février, quelques jours après mon grand-père, et lui à peine deux mois plus tard. Cela m’a fait beaucoup de peine, et je craignais d’avoir l’impression de vivre chez eux, dans l’appartement que j’ai connu lorsqu’ils y habitaient.

Mais tout de suite, lorsque je l’ai découvert enfin terminé après les travaux, j’ai senti que j’y serais bien. Et que si fantômes il y avait, ils seraient bienveillants. En fait, j’aime à croire qu’ils seraient contents que ce soit moi qui prenne leur suite et non des inconnus, et que peut-être leurs deux filles aussi. Après la mort du « papy », comme je l’appelais, l’une d’elle m’avait dit de cueillir des fleurs dans le jardin de la résidence, dont il s’occupait, en souvenir, parce que cela lui aurait fait plaisir. Alors voilà.

Trêve de sentimentalisme. J’ai découvert un appartement entièrement refait, avec goût et avec des matériaux de qualité. Mon propriétaire n’a rien fait au rabais, il a tout refait comme si c’était pour lui, et on sait que ce n’est pas si courant !

Le fait est que j’ai l’impression d’avoir toujours vécu là. Il faut dire que ce déménagement ne change aucunement mes habitudes : même adresse, donc même quartier que j’aime, je peux continuer à fréquenter tous les petits commerces qui en font l’identité. Pas de phase de découverte de ce côté-là.

A vide, cela donne donc ça :

Restait néanmoins à me l’approprier, cet appartement. Déménager, aménager, choisir l’emplacement de chaque meuble, en acheter de nouveaux, mettre en place les livres dans la bibliothèque. Un travail au long cours, un work in progress comme on dit. Comme un texte qu’on écrit : corriger, raturer, réécrire (enfin pas trop non plus sinon ceux qui déplacent les meubles vont rouspéter), ajouter de nouveaux passages, en enlever d’autres qui sont boiteux. Je suis contente du résultat, mais je sais aussi que, au fil du temps, j’ajouterai de nouvelles choses, élues avec soin.

Et je (re)découvre plein de bonheurs : celui de cuisiner dans un espace fonctionnel ; celui de vivre dans un espace qui n’est pas totalement saturé faute de place, que mon linge sèche sans encombrer les pièces à vivre ; celui de ne pas avoir à serrer mes vêtements comme des sardines dans une boîte et donc pouvoir les retrouver facilement ; idem pour les chaussures ; celui d’avoir une jolie salle de bain où la baignoire n’est pas bouchée tous les trois jours et où j’ai la place de ranger ; celui où les radiateurs chauffent correctement…

Bref, je découvre le bonheur d’un bel appartement où je me sens bien.

Je vous montre ce que ça donne pour le moment ?

La pièce à vivre

C’est évidemment la pièce maîtresse, qu’on découvre dès qu’on entre puisque l’espace est ouvert. J’apprécie sa luminosité, grâce à la baie vitrée, même lorsqu’il ne fait pas beau du tout. La priorité a été donnée aux bibliothèques, que j’ai mises en coin pour créer un espace de lecture. Sur ce coup, j’en veux quand même beaucoup à Ikea : j’ai commandé le même modèle qu’il y a 8 ans, et en fait la teinte n’est pas la même, ni la texture, ni même le système de fixation des étagères, ce qui fait que nous avons été obligés de bricoler pour fixer l’une d’elles, qui venait en plus sur l’un des anciens modèles : j’ai choisi la Billy, à l’époque, pour être sûre de pouvoir moduler à l’infini en fonction de l’espace dont je disposerais, et cela m’agace un peu que ce ne soit pas le cas. Bref. Pour le reste, j’ai conservé l’existant : la table ronde et les chaises, la table basse (même si je la changerai à courte échéance), le canapé que je changerai sans doute très bientôt mais qui pour l’instant a juste une nouvelle housse, le lustre et le lampadaire, la table de bar et bien sûr le buffet qui sert de meuble télé et auquel je tiens beaucoup (c’est un meuble de famille).

L’idée ici était de conserver les teintes neutres et brutes des murs blancs et du parquet. Priorité aux matières naturelles et au bois, donc, et à un espace le moins surchargé possible. Les touches de couleurs franches viennent des livres. J’ajouterai une plante, mais sans doute pas de cadres, pour garder un côté « épuré ». J’ai aussi renoncé au tapis, parce qu’en fait j’aime le parquet et que je ne le juge pas nécessaire.

Bibliothèques et chaises de bistrot : Ikea // Table ronde : brocante // Buffet : meuble de famille // Table basse, chaises en fer forgé, lampadaire, lustre : aucune idée // Plaid, horloge, mini-bar : Maisons du monde // Rideaux : Alinea customisé // Lightbox : le souci du détail // Vase blanc : Haviland //  Morceaux de bois brut : Botanic

La chambre

La chambre est côté salon/salle à manger (la porte que vous voyez au fond). Elle est assez grande (15m2) mais toute en longueur, et pourvue au fond d’un grand placard organisé en dressing, ce qui me change la vie. L’idée ici était d’éviter le côté « boudoir de cocotte » (ahemm). J’avais déjà les tables de chevet et les lampes (qui m’ont coûté un bras donc bon). J’ai ajouté une tête de lit en simili cuir, qui a quelque chose d’un peu masculin que j’adoucis avec les parures de lit aux teintes plus féminines, et les tableaux que j’ai eus pour noël et qui pour le coup sont totalement cocotte (de luxe). J’ai placé dans cette pièce la desserte qui me sert de bibliothèque pour les livres d’art et sur laquelle je mets aussi quelques bibelots. J’ai aussi mis, en face du lit, une console en fer forgé, qui abrite mes collections de magazines et de hiboux. Au-dessus, une belle photo de Londres.

Le but est de créer un espace chaleureux mais assez neutre, dans lequel on se sent bien (pour lire notamment, puisque l’essentiel du temps je lis sur mon lit).

Tête de lit, tables de chevet, plaid, quelques uns des hiboux, vase galets : Maisons du monde // Lampes de chevet : Keria // Desserte : meuble de famille // Console en fer forgé : je ne sais plus // Photophore vitrail : Partylite // Cadres parfum : Christiane Laborde // Hibou cale-porte : home made by maman // Il faut que je change les oreillers

Le bureau

Mon gros problème, et pourtant j’en rêvais depuis toujours. La pièce est petite, carrée, et j’y ai mis un canapé-lit pour que les gens puissent venir me voir et dormir ailleurs que soit dans mon lit avec moi, soit sur les coussins du canapé au milieu du salon. Cela prend un peu beaucoup de place. J’ai placé les bureaux (celui de l’ordinateur et l’autre) face à face, ce qui est très pratique puisque je passe de l’un à l’autre d’un coup de fauteuil à roulettes. L’ancien buffet de cuisine me sert de rangement (sur lequel j’ai placé mes livres sur la mode) mais cela ne suffit pas, j’ai mis deux cadres au-dessus du canapé et je pense en mettre deux autres au-dessus du buffet. Mais en gros, c’est pour l’instant la pièce qui me satisfait le moins, même si je l’aime beaucoup quand même : il y a encore du travail, et surtout je voudrais éviter qu’elle ne se transforme en « pièce à bordel ». Ce qui est loin d’être gagné.

La cuisine

Je découvre le bonheur d’avoir une vraie cuisine avec de vrais meubles pour ranger. Cela me change la vie, même si elle est bien plus petite au final que celle que j’avais avant. Alors après, j’ai un petit pincement au coeur de ne plus pouvoir me servir de ma cuisinière, qui est là mais sert de rangement. Par contre, je suis contente d’avoir pu conserver mon meuble-escabeau (j’y tiens parce que c’est le seul meuble que j’aie monté toute seule avec mes petites mimines sans appeler un mâle au secours), qui me sert pour mettre les plantes et de bibliothèques pour les livres de cuisines. Le lave-vaisselle en revanche, dont j’attendais beaucoup, ne fonctionne pour l’instant pas (mais j’ai bon espoir, à terme).

Ce que j’adore ici : les plaques vitrocéramique (le propriétaire m’avait dit que c’était de l’induction (c’était déjà là quand il a acheté l’appartement) mais le fait est que ça n’en est pas, et c’est tant mieux car il y a 10 ans j’ai investi dans une batterie de cuisine Ingenio de Tefal non compatible et que ça m’ennuyait d’en racheter, par contre j’apprécie la facilité pour la nettoyer lorsque le lait de mon chocolat chaud déborde) ; un très grand plan de travail, sur lequel je peux mettre ce dont j’ai besoin, et notamment mes bocaux ; et la table intégrée, qui est grande, parfaite comme « vrai » plan de travail pour moi qui suis petite et m’évite d’avoir une table en plus : elle crée une vraie séparation entre la cuisine et la pièce à vivre, tout en ne fermant pas l’espace. A l’origine ce devait plus être un bar et j’avais envisagé des chaises idoines mais finalement j’ai pris des chaises de bistrot très classiques. Par contre, le fait est que quoi que je fasse, il y a toujours beaucoup de pagaille dans cette pièce !

Chaises de bistrot et suspension : Ikea // Tajine : Emile Henry // Pots ronds, balance, ardoise de bistrot : Maisons du monde // Torchon : Jean Vier // Coupe à fruit : Arcopal vintage // Pot à ustensiles : Genevieve Lethu

La salle de bain

Un espace important pour moi, évidemment. La base est parfaite : murs blancs (comme partout), sol gris, même plan de travail que dans la cuisine, beaucoup d’étagères et des mosaïques belles à tomber. Le but : comme pour la chambre, ne pas tomber dans l’esprit boudoir, tout en féminisant avec le rideau de douche (celui que j’avais dans mon ancien appartement, qui est en tissu et donc se lave très facilement en machine), les boîtes Glossy Box pour mon bordel et Ladurée pour les bijoux, et les pots de bougies Diptyque pour les produits de maquillage. Je découvre le plaisir du sèche-serviette qui permet d’avoir des serviettes toutes chaudes quand on sort de la douche, et du grand plan de travail sous lequel glisser ma machine à laver, qui m’évite de devoir tout enlever quand je fais une lessive ! Désolée, pas moyen de faire des photos d’ensemble !

Marginalia

Je vous fais grâce des toilettes. Pour le couloir, j’ai travaillé sur les suspensions et surtout sur l’assemblage des cadres, que je possédais déjà et qui étaient disséminés deux par deux. J’ai récupéré ma console d’entrée, qui pour l’instant porte un vase de fleurs sèches (du Bassin d’Arcachon) et mon arbre à fées, mais à terme j’y mettrai une plante (probablement artificielle, à cause du manque de lumière). Dans l’entrée, j’ai mis une petite table que j’ai depuis mon premier appartement et qui peinait à trouver sa place dans le précédent ; au-dessus, une reproduction de Mucha, à laquelle je tiens fort mais qui était reléguée dans un coin de couloir sombre et caché de tous, faute d’une meilleure place. Et enfin le balcon : non seulement il est beaucoup plus grand, mais il donne sur le jardin et la cour (et non sur la rue) et il est donc au calme (j’entends le cuicui des oiseaux et non les voitures, et des notes de jazz qui s’élèvent je ne sais trop d’où), exposé Est : j’y ai mis ma table de bistrot en marbre pour pouvoir y manger aux beaux jours et y prendre mon café dès qu’il y a un peu de soleil, Olga (qui fait la gueule parce qu’elle n’a pas aimé passer l’hiver à l’intérieur) et j’achèterai très bientôt un hamac pliant pour pouvoir lire dehors, j’y mettrai aussi mes plantes aromatiques et mes tomates lorsque ce sera la saison de les planter, et je pourrai y utiliser ma plancha sans avoir l’impression soit de cuire mes crevettes au gaz d’échappement, soit que ça sent le barbecue dans tout l’appartement pendant une semaine !

Suspensions : Maisons du monde // Bibliothèque : Ikea // Meuble d’entrée en fer forgé et cadres : je ne sais plus // Meuble de couloir en bois : brocante // vase en bois : Botanic

Un mot « écologique » pour terminer : l’appartement est très bien isolé et exposé, ce qui me change et devrait me permettre de faire des économies, d’autant que les radiateurs, électriques (l’immeuble n’est pas raccordé au gaz) sont à inertie (dans l’appartement précédent, j’ai demandé à ce qu’ils soient changés quand je me suis installée et la propriétaire a fait remettre… des grille-pain, donc non seulement j’avais toujours froid mais ça me coûtait un rein à chaque facture) et je devrais donc, malgré l’espace supplémentaire, faire des économies. J’ai aussi fait le choix de mettre des ampoules à LED dans tous les luminaires, ce qui représente un investissement au départ mais devrait là encore me permettre de réduire ma facture, et ça éclaire aussi bien (juste j’aurais aimé qu’ils fassent de vrais modèles flamme pour mon lustre de salle à manger).

(22 commentaires)

  1. C’est super beau ! Et (je vais poser une question idiote, je le sens, mais je ne connais strictement rien au fonctionnement de ces jardins en copropriété, comme ça) : tu peux planter dans le jardin aussi ? Genre prendre un petit coin pour mettre des tomates, ou tu es obligée de le faire sur ton balcon ?

    J'aime

  2. Quand je vois ta déco, je suis rassurée, je ne suis pas la seule à aimer les meubles anciens !!!! je suis en location et on cherche une maison à acheter. Il y a plein de trucs que je garde au cas où et je ne vaux pas investir car je ne sais pas ce qui ira dans le nouveau logement… j’ai hâte d’être enfin chez moi, de faire le vide et de pouvoir me consacrer à la déco.

    J'aime

  3. j’aime bien l’histoire des anciens habitants, qui devaient être mimi tout plein.
    Tu as une chance folle d’avoir un appartement refait à neuf et avec goût et des radiateurs efficaces, crois moi!!! les propriétaires ne sont pas toujours aussi corrects.

    J'aime

  4. Superbe appart! J’aime beaucoup les volumes. Bonne idée de recycler les bougies Dyptique en pots à crayons. J’aime les meubles en bois. Les miens sont pour la plupart des meubles de famille qui me plaisent plus ou moins et qui s’adaptent moyennement avec le reste mais ils me sont tout de même très utiles et quand on voit le prix des meubles… ça donne pas trop envie de changer! A moins d’aller chez Ikea.
    Ta cuisine est super fonctionnelle. La mienne est faite de bric et de broc avec trois portes et une fenêtre… Je ne te raconte pas le casse-tête pour la meubler.

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s