Elle se réfléchit dans le miroir

Fermer la porte au nez des fantômes

roses_effected

La porte de l’appartement s’est refermée sur les souvenirs de presque douze ans de vie et une multitude de fantômes. Je vivrai désormais en face, mais je n’y entrerai plus. Quelqu’un d’autre, bientôt, viendra y construire de nouveaux moments, heureux ou non. Mais heureux, j’espère.

Moi, j’ai fermé la porte au nez de tous ces fantômes qui hantaient encore les murs, en espérant qu’ils ne me suivent pas. Ce n’étaient pas des méchants fantômes, et leur présence n’était plus vraiment pesante au quotidien, mais elle restait toujours palpable parfois, au détour d’une émotion, d’un bruit, d’une odeur. Comme un flash de mémoire involontaire. Un rêve, parfois.

Ils étaient là, autour de moi. Surtout un. Parti, évanoui, mais dont l’âme restait pourtant accrochée à mes murs comme des tableaux. Une nuit, il y a longtemps, j’avais rêvé qu’il sonnait à la porte. Cette porte n’est plus la mienne.

Déménager, même un peu, c’est aussi faire table rase du passé et se débarrasser de ses fantômes. Les miens ne vivront plus qu’entre les pages d’un livre, transfigurés en personnages de romans.

(5 commentaires)

  1. Ça fait toujours quelque chose de déménager après une longue période dans le même lieu mais on s’habitue très vite à son nouveau décor (surtout quand il est aussi beau que le tien) et tes gentils fantômes (et les moins gentils) seront très à l’aise dans tes futurs écrits ! Je te le souhaite ! 😀

    Aimé par 1 personne

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s