L’écrivain et la vie, de Virginia Woolf

L'écrivain et la vie

L'écrivain et la vieLe romancier — c’est à la fois ce qui le distingue et le met en danger — est terriblement exposé à la vie. Les autres artistes, du moins en partie, se tiennent en retrait ; ils se barricadent dans la solitude pendant des semaines avec un plat de pommes et une boîte de couleurs, ou bien un rouleau de papier à musique et un piano. Lorsqu’ils émergent, c’est pour oublier et se distraire. Mais le romancier n’oublie jamais et il est rarement distrait. Il remplit son verre et allume sa cigarette, il apprécie vraisemblablement tous les plaisirs de la conversation et de la table, mais toujours avec la sensation qu’il est stimulé et manipulé en même temps par la matière dont il tire son art.

Le rangement a du bon : c’est totalement par hasard que j’ai retrouvé ce recueil, entre deux autres livres de Virginia Woolf, dans ma bibliothèque. Depuis combien de temps attendait-il ainsi, bien caché ? Je ne sais absolument pas. Toujours est-il que la surprise était trop belle, et que j’ai immédiatement arrêté de ranger (de toute façon je n’avais plus de cartons) pour m’y plonger.

Ce recueil contient, outre une excellente préface d’Elise Argaud à lire absolument, sept articles de provenances diverses : « Heures en bibliothèque », « La lecture », « De la relecture des romans », « l’art de la fiction », « l’écrivain et la vie », « la chronique littéraire » et « le savoir-faire de l’écrivain ».

Tous abordent, d’une plume vive et alerte non dénuée d’humour, les rapports entre les lecteurs, l’écrivain et le critique/chroniqueur avec la littérature et avec le monde. L’intéressant avec Woolf, c’est la manière dont elle inclut son lecteur dans sa réflexion, et crée avec lui un lien de connivence qui lui permet de dépoussiérer un peu les choses, comme elle sait si bien le faire, d’autant que son expérience d’auteure, de lectrice et de chroniqueuse lui permet d’envisager tous les aspects.

L’ensemble est passionnant et éclairant, mais l’article qui m’a le plus enchantée est celui qu’elle consacre à la chronique littéraire (qu’elle distingue de la critique : le critique est dans l’analyse des oeuvres du passé et la recherche de principes théoriques, alors que le chroniqueur est dans l’évaluation et la recommandation des nouveautés) : nous sommes en 1939 et déjà, en se penchant sur l’histoire du genre, Woolf constate que la pratique ne peut que décliner, minée par le raccourcissement des articles et l’augmentation de leur nombre, si bien qu’elle ne sert plus à rien, ni au lecteur (perdu dans les avis contradictoires sur une même oeuvre) ni à l’auteur (qui a besoin d’un avis éclairé sur son travail pour progresser), ni à l’éditeur, ni même au chroniqueur, frustré de ne pas pouvoir faire son travail correctement. La « solution » que propose Woolf est un enchantement, et je vous laisse la découvrir par vous-même !

La sérendipité a vraiment du bon, car au milieu de mes cartons ce recueil m’a totalement passionnée et interrogée sur la littérature !

L’Écrivain et la vie
Virginia WOOLF
Traduit de l’anglais et préfacé par Elise Argaud
Payot et Rivages, 2008

15 commentaires

  1. Mind The Gap dit :

    Je suis fasciné par Virginia Woolf, mais hélas, c’est le seul auteur classique anglais que j’ai essayé de lire sans y parvenir…je retenterai quand je serai vieux…enfin plus vieux !

    J’aime

  2. keisha41 dit :

    Je conseillerais à MTG de commencer par ses essais, puis d’attaquer le romans, ce fut mon cheminement (après un flop avec un roman), et quel bonheur ensuite!
    Je possède un recueil de chronique de VW (en VO, et lu), mais le livre que tu présente me plairait bien aussi. Quoique je me méfie, il arrive que les éditeurs ressortent des textes déjà parus, avec un autre titre, et hop!
    Courage pour ton déménagement. Récemment j’ai tout mis en cartons (cause travaux) , puis déballé, et depuis ne retrouve plus un bouquin de Hesse, des chroniques autour de la lecture, ça m’agace.

    J’aime

  3. noukette dit :

    J’ai étudié Virginia Woolf à la fac, un doux souvenir…

    J’aime

    1. Moi je l’ai étudiée pour l’agreg !

      J’aime

  4. Asphodèle dit :

    Moi aussi j’ai du mal à la lire malgré plusieurs essais et pourtant elle me fascine, je note ton recueil « perdu-retrouvé », car en textes courts, ça pourrait me réconcilier avec elle…

    J’aime

    1. C’est vrai que j’ai aussi une préférence pou ses essais (et son journal !!!!!!)

      J’aime

      1. Asphodèle dit :

        C’est sûr qu’un journal est toujours plus intéressant donc plus facile à lire ! Je vais retrouver celui que j’ai (suis en plein rangement d’étagères moi aussi 😉 ), je le re-re-re-tenterai mais je ne me fais pas d’illusions ! 😦 (C’est La traversée des apparences)…

        Aimé par 1 personne

  5. Ce recueil de nouvelles est peut-être une belle entrée en matière pour faire connaissance avec cette auteure?… (Suis-je la seule à n’avoir jamais lu Virginia Woolf?)

    J’aime

    1. Ce ne sont pas des nouvelles, attention, ce sont des essais !

      J’aime

      1. Au temps pour moi! Mais ça m’a l’air bien intéressant.

        Aimé par 1 personne

  6. Lzarama dit :

    Voilà qui donne envie. Je ne savais pas que Virginia Woolf avait écrit des choses de ce genre, merci pour la découverte.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.