Elle lit des récits et chroniques

Comment vivre au-dessus de ses moyens sans se fâcher avec son banquier, de Marion Chevrier et Aude Tessere

Comment vivre au-dessus de ses moyensComme il est hors de question que tu vives selon tes moyens et que tu te prives à longueur de temps, nous allons t’aider à conserver ton mode de vie. Mais en activant deux leviers pour plus de sérénité : le levier des petites économies, qui te permettront de te faire plaisir (encore) sans être interdit bancaire (encore), puis le levier « banquier », notre préféré, qui t’apprendra à copiner avec cette sale bête indomptable afin d’assainir votre relation pourtant vouée à l’échec.

On le sait, j’ai des goûts de luxe, c’est d’ailleurs ce que m’a dit mon courtier automobile l’autre jour alors que je commandais mon nouveau joujou, un modèle mythique (non, pas une Porsche Cayenne) que j’ai voulu, bien évidemment, dans la couleur la plus chère : « vous, vous faites comme ma femme, vous avez des goûts de luxe ». Bien vu. Bref, on reparlera de cette histoire de voiture. Pour le moment, attardons-nous sur ce petit livre, dont je me suis dit, vu le titre, qu’il était pour moi (encore qu’à y réfléchir je ne vive pas vraiment au-dessus de mes moyens, et que j’entretienne des relations plutôt cordiales avec mon banquier).

Organisé comme un agenda, mois par mois, vise à élaborer des stratégies pour ne plus être en galère financière : la météo des dépenses, des petites listes déculpabilisantes, des phrases de riche/phrases de pauvre, des trucs pour faire croire qu’on est riche, des questions-vérité (vous savez, l’espèce d’arbre où à chaque embranchement on doit répondre oui ou non, ce qui conduit à la question suivante et au final vers une réponse), des citations à méditer…

Alors. Dire que je n’ai pas, à l’occasion, souri voire ri en lisant ce petit livre serait un gros mensonge. Mais, dans l’ensemble, je l’ai tout de même trouvé extrêmement caricatural, même au vingt-sixième degré, notamment les phrases de riche/phrases de pauvre, et, bien sûr, l’image du banquier, sorte de croque-mitaine abominable et ridicule. Et autant le dire tout de suite : vous n’apprendrez pas grand chose de très utile.

On en fait quoi alors ? Éventuellement, on picore dedans pour s’amuser un peu, mais c’est tout, j’en ai bien peur. Ou alors, contrairement à ce que je croyais, je n’étais pas du tout le public-cible, ou bien je n’ai rien compris au projet, ce qui est possible aussi…

Comment vivre au-dessus de ses moyens sans se fâcher avec son banquier
Marion CHEVRIER et Aude TESSERE
Livre de Poche, 2017

(6 commentaires)

  1. ce qu’il faut savoir c’est comment faire pour correspondre à l’envie sans dépasser le cadre des invitations passagères comme une étendue de sable qui aboutit à rien car mon espoir n’est plus relié à la mer mais à la terre grasse où je serai enterré

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s