L'Irrégulière mois après mois

Adieu, 2016…

2016Voilà. Le moment du bilan annuel est arrivé. Que restera-t-il de 2016 ?
C’est compliqué. Je ne peux pas nier que 2016 m’a apporté de belles choses. Des projets excitants, la publication de ma première nouvelle en version papier, beaucoup de Paris, de rencontres, de beaux moments, un beau voyage. La force de franchir le pas et d’envoyer mon manuscrit aux éditeurs (même si, pour le moment, ils n’en veulent pas, mais c’est le lot de tous les écrivains même les plus grands de se voir refuser moult fois le premier manuscrit, donc je reste optimiste).
Mais voilà, 2016 a aussi été marquée par la perte d’un être cher, mon grand-père, et c’est donc, aussi, une année d’infinie tristesse. Et le chagrin est totalitaire : il a tendance a effacer tout le reste (même si en faisant le bilan de ma Happiness Jar (à laquelle je n’ai pas été très assidue) j’ai vu plein de belles choses). 
Et puis, il y a ce travail, qui me bouffe jour après jour tant j’ai l’impression d’en avoir définitivement fait le tour et qu’il ne m’apporte plus que de l’ennui et des déceptions, surtout depuis la rentrée de septembre. Aucune mention dans ma Jar, à part pour dire « aujourd’hui est un chouette jour, je n’ai pas cours ».
Alors, malgré tout, bilan mitigé. Et je trouve que cette roue, qui tourne, qui monte et redescend, résume parfaitement cette année…

Janvier…

Du Champagne et des jolies choses pour souhaiter la bienvenue à une nouvelle année que l’on espère belle…

Février…

Une infinie tristesse. Mais trouver la force, quand même, d’enfin livrer mon manuscrit au monde…

Mars…

La vie qui refleurit malgré tout.

Avril…

Un chouette salon du livre. Paris et les fleurs…

Mai…

Ecrire. Profiter du beau temps (qui ne va pas durer). Boire du champagne et sortir entre amis…

Juin…

Que d’eau, que d’eau. Des inondations qui obligent à rester fermé. Me projeter à Amsterdam et rester sous le signe de l’eau…

Juillet…

Fêter les vacances. Manifester pour la culture. Aimer Paris. Découvrir Amsterdam. Malgré la fête encore une fois endeuillée…

Août…

L’été. Le soleil. La mer. Apprivoiser la douceur.

Septembre…

Un chouette mois malgré la rentrée. Un long week-end à Paris pour le forum Fnac livres, la chaleur qui permet de prolonger l’été sur le balcon, un nouveau contrat d’auteur pour une nouvelle…

Octobre…

Du vert, des fleurs, et Paris…

Novembre…

Cocooner pour oublier la pluie et le vilain quotidien. Du champagne et de l’or pour fêter la parution d’un recueil osé…

Décembre…

Des lumières. Des cadeaux. S’envelopper de douceur. Paris. Finir l’année avec les aimés…

 


(25 commentaires)

  1. Un bilan mi triste mi joyeux, la vie, quoi…
    (pour le boulot, tu es jeune, tu as pensé à une reconversion? j’ignore ce que le rectorat peut proposer? une piste vers l’écriture? l’université?)

    J'aime

  2. Une année donc mi triste mi gaie. Heureusement, il y a les livres. Ceux qu’on lit, et, comme toi, ceux qu’on écrit. Pour le métier, il faut savoir parfois prendre les choses avec distance. Je sais que c’est facile à dire, mais essayer de ne pas se faire trop accaparer par un métier tel que le tien (c’est le mien aussi!), est la seule façon de durer et de continuer à trouver du plaisir à enseigner. Bonne année à toi.

    J'aime

  3. Joli bilan malgré tout, vu de l’extérieur. Et n’est-ce pas le principe même de la vie d’intercaler moments tristes et joies ? Je crois même que sans les moments graves, on n’apprécierait pas autant les bons… Bonne année !

    Aimé par 1 personne

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s