Elle se fait des films

Valmont, de Milos Forman

valmontMonsieur de Valmont est un rude épistolier, non ?

L’autre jour, j’effectuais quelques recherches sur Laclos et les Liaisons dangereuses, et j’ai eu subitement envie de revoir cette adaptation par Milos Forman, car je ne m’en souvenais pas bien (alors que celle de Frears est au contraire très présente à mon esprit).

Après avoir passé trois ans au couvent, la jeune Cécile de Volanges, 15 ans, en sort pour se marier avec un homme obsédé par son innocence et sa pureté, et fait son entrée dans le monde. Sa mère confie son éducation à la Marquise de Merteuil, afin qu’elle acquière un peu de sagesse. Mais Merteuil est bien décidée à se venger du futur mari, qui était son amant, et l’a humiliée. Or, il vaut mieux marcher sur la queue d’un serpent que d’humilier une femme, et elle charge le vicomte de Valmont de faire en sorte que la jeune fille soit tout sauf vierge le jour de son mariage. D’abord réticent (une fille qui sort du couvent ? trop facile), il se décide lorsque Mme de Volanges médit à son sujet après de sa dernière toquade, la très prude présidente de Tourvel.

Le film est très librement adapté de Laclos, et constitue une oeuvre à part entière : la fin, notamment, n’est pas du tout celle du roman, ce que je trouve d’ailleurs intéressant car du coup Forman s’affranchit de la dimension morale de l’oeuvre originale. Et l’ensemble ne manque pas de panache : les décors sont somptueux, les costumes également, et il plane sur l’ensemble une atmosphère très libertine et insouciante, tel qu’on imagine le XVIIIe siècle français, sa galanterie, son marivaudage. Traversé par le désir, le film jouit d’une tension érotique palpable tout du long, doublée d’une réelle cruauté. Forman épaissit le sens du roman, lui donne un nouveau souffle : les deux personnages de libertins occupent tout l’espace de leur puissance et de leur charisme, les autres n’étant que des pantins effacés. Cela tient évidemment au casting : Annette Bening joue parfaitement les fausses innocentes manipulatrices, et Colin Firth incarne un Valmont tout en innocence : cela vient probablement de l’effet halo, les rôles de gentils amoureux dans lesquels on a l’habitude de le voir débordant sur ce Valmont. Le reste des acteurs a autant de charisme qu’une biscotte sans beurre, sauf la vieille dame (Fabia Drake) qui joue Madame de Rosemonde et qui est formidable.

Bref : un film grandiose, impeccablement filmé, soutenu par une musique parfaitement choisie, mais au casting pas terrible : sur ce dernier point, je préfère largement les choix de Frears (je crois que je vais y rejeter un oeil du coup).

Valmont
Milos FORMAN
1989

(6 commentaires)

  1. Moi non plus je ne me souviens guère du film de Milos Forman. Par contre, je me souviens très clairement que j’avais préféré celui de Frears. Je l’avais à l’époque trouvé beaucoup plus complexe et vénéneux que la version de Forman, plus conforme à ma vision du livre et des personnages. Peut-être que cela vient en partie du casting, comme tu le suggères?

    J'aime

  2. C’est la dernière adaptation des liaisons dangereuses qu’il me reste à voir et comme j’adore Milos Forman, j’ai vraiment envie de voir ce film :).
    Bisous à toi et à plus sur nos blogs respectifs!

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s