Romans

Bridget Jones Baby, d’Helen Fielding

Bridget Jones' BabyPourquoi tout le monde essaie-t-il de vous culpabiliser quand vous n’avez pas d’enfants ? Parce que quand même, tout le monde éprouve une certaine ambivalence face à la maternité, y compris ma mère. Elle est toujours en train de répéter : « Je me dis parfois que j’aurais mieux faits de ne pas avoir d’enfants, ma chérie. » Ce n’est déjà pas facile de se débrouiller dans le monde moderne, car les hommes sont une espèce primitive de moins en moins évoluée, alors la dernière chose dont une femme a besoin, c’est… Aaargh, on sonne.

Avec l’hiver qui approche, le froid, le ciel gris, tout ça, j’avais envie d’un truc doudou. Alors, évidemment, Bridget. J’avais boycotté le tome précédent, qui commençait par la mort de Mark. Je sais bien qu’un auteur a le droit de faire ce qu’il veut avec ses personnages (et encore que, ça peut se débattre), mais le lecteur a tout autant le droit de ne pas vouloir s’infliger ça. D’autant que Bridget sans Mark et Daniel, c’est comme une biscotte sans confiture. Bref. Ce tome se situant, chronologiquement, avant les tragiques événements dont nous venons de parler, je n’ai pas hésité.

Cela fait 5 ans que, suite à un malentendu impliquant Daniel et une culotte le jour de leurs fiançailles, Mark a rompu avec Bridget, s’est exilé en Caroline du Nord, et s’est marié. Daniel aussi, d’ailleurs, s’est marié. Bridget s’est alors consacrée à sa carrière et aux amants de passage. Mais alors que la quarantaine va bientôt sonner, elle retrouve un Mark fraîchement divorcé lors d’un baptême. Ils passent la nuit ensemble, mais Mark s’enfuit dès le lendemain. Peu de temps plus tard, c’est Daniel qu’elle retrouve divorcé, elle passe la nuit avec lui et n’en entend à nouveau plus parler. Mais voilà : quelque temps après, Bridget découvre qu’elle est enceinte. Mais de Mark, ou de Daniel ?

Un roman qui remplit parfaitement son office, et dans lequel on se sent aussi bien qu’enroulé dans un bon plaid moelleux. On retrouve avec plaisir les ingrédients qui ont fait le succès de la série : une Bridget plus maladroite que jamais, des gaffes et des malentendus en veux-tu en voilà, des scènes à pleurer de rire, des amis loufoques, et deux hommes qui jouent plus que jamais sur le terrain du combat de coqs, Daniel tel qu’en lui même (mi-affligeant, mi-attendrissant, surtout lorsqu’il se pique d’écrire un roman intello), Darcy toujours aussi choupi-trognon, et qui fait à Bridget une déclaration d’amour qui restera dans les annales de la déclaration d’amour. Bref, l’homme idéal même s’il a, tout de même, quelques défauts. On rit beaucoup, aux éclats même, on est aussi parfois ému, bref, on passe un excellemment moment avec ce roman.

Un mot quand même à propos du film : suite à un souci impliquant Hugh Grant un peu affligé par le scénario de Folle de lui (pas celui-là donc mais le 3e, qui se passe après) (et qui n’a pas été tourné, au final, si j’ai bien compris), le personnage de Daniel Cleaver a été remplacé par un autre bellâtre. J’avoue que ça me perturbe un peu, et que cette grosse différence entre les films et les livres risque d’en perturber d’autres…

En tout cas : à lire, je pense que ce roman peut venir à bout de n’importe que coup de déprime !

Bridget Jones Baby
Helen FIELDING
Traduit de l’anglais par Françoise du Sorbier et Dominique Autrand
Albin Michel, 2016 (sortie le 16 novembre)

20 réflexions sur “Bridget Jones Baby, d’Helen Fielding

  1. Merci pour cette précision, je viens enfin de comprendre :-). Je viens de voir le film au cinéma Bj baby (tres bon film d.ailleurs), je ne comprenais pas pourquoi il ne correspondait pas au livre Folle de lui (absolument minable comme bouquin).

    J'aime

  2. En effet ! Je découvre, en lisant ta chronique, toutes les différences avec le film !
    Et on m’avait dit que le scénario du film avait été écrit d’abord et que le roman écrit était « tiré » du film (ce que je trouvais bizarre, mais bon). Je vois donc que c’était une erreur.

    J'aime

    • En fait j’ai l’impression que les versions romans et les versions film ont fini par prendre des directions totalement différentes : d’après ce que j’ai lu, Daniel est mort dans BJ Baby le film alors qu’il apparaît dans BJ folle de lui le livre. Enfin ça devient bien compliqué cette histoire !

      J'aime

  3. J’avais lu le precedent et c’est vrai que ca m’avait fait un choc parce que je m’y attendais pas en le commencant. Mais il y a peu j’ai vu que celui la comblait « le vide » du coup il faut que je le lise dare dare j’ai envie de lecture doudou aussi!

    Aimé par 1 personne

  4. Le dernier film sorti ne suit pas le livre…Darcy est bien vivant..Colin Firth est increvable de toute manière, bon il a un peu vieilli.
    Je crois sans faire de sexisme que Bridget Jones c’est vraiment un truc de filles quand même 😀

    J'aime

  5. je n’ai pas apprécié la lecture du premier livre j’ai donc décroché mais par contre les films je les adore, je trouve Bridget (Renée Zelwegger) si attachante et de plus en plus pétillante au fil de la trilogie, elle fait partie un peu de notre vie comme une bonne copine et puis le dernier a une bande son qui donne envie de mover son body alors pourquoi s’en priver ?

    J'aime

  6. Pingback: Bridget Jones : the Edge of Reason, de Beeban Kidron | Cultur'elle

  7. Pingback: Bridget Jones’ Baby, de Sharon Maguire | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s