Elle est snob

Aller à un cocktail en robe de cocktail

robe de cocktail

Rien ne va plus. Les gens ne s’habillent plus pour sortir. Ils ne s’habillent plus pour aller à l’opéra, pour dîner au restaurant, ni même pour les réceptions chez l’ambassadeur ou ailleurs. A peine pour les mariages. Exit les smoking et les robes de soirée. D’ailleurs, c’est un signe : les invitations pour les petites sauteries diverses et variées, inaugurations, vernissages et autres cocktails ne portent plus guère la mention « tenue de cocktail » (une robe au genou, apprêtée mais sans excès), encore moins « tenue de soirée » (robe longue et habillée). Sauf peut-être à l’Elysée, mais je ne suis pas invitée à l’Elysée.

Aujourd’hui, c’est le règne absolu du casual. La tenue de ville est reine dans les soirées, voire le jean et les baskets.

La tendance n’est pas nouvelle. Mon premier cocktail un peu chic, c’était en 2000, pour la remise du grand prix des lectrices de ELLE, dans le salon de réception du musée d’Orsay. J’avais acheté une très jolie robe rebrodée de perles, une pochette, une étole et des escarpins. Et Inès de la Fressange était en jean. Sublime, évidemment, mais en jean.

Je ne peux que déplorer cette situation. Moi qui ai tellement ce petit côté Carrie Bradshaw mondain et qui possède une pléiade de robe habillées dans mon dressing (sans parler des chaussures), je suis frustrée. Imaginez, dans les années 80, dans ma famille (je ne sais pas les autres), les mariages se faisaient en tenue de soirée et moi je portais ce type de robe. Et je ne peux même pas vous raconter la joie extatique qui s’emparait de moi lorsque je revêtais cette robe de princesse :

princesse2

Bon, ok, c’était peut-être un peu too much (quoique). Mais tout de même.

Evidemment, loin de moi l’idée de forcer qui que ce soit à porter une robe de cocktail. Encore moins une robe de soirée. Et nous sommes encore, d’ailleurs, quelques unes à revendiquer la robe de réception, sans que personne ne nous jette des cailloux. Pour le moment…

De fait, mes robes de cocktail, si je ne les mets pas pour aller aux cocktails, je les mets quand ? Et je ne parle même pas de mes robes de soirée, qui ne sortent plus guère que pour les soirées déguisées ! Parce que j’adore ça, moi, les robes élégantes et les talons hauts, ça fait partie de mes plaisirs dans la vie (surtout que qui dit cocktail dit champagne).

La robe de cocktail est donc mon premier snobisme : envers et contre tout, je continuerai à m’habiller pour sortir !

Avec ce texte j’inaugure la petite série qui a poppé dans mon esprit à la lecture du livre d’Eric Neuhoff !

34 réflexions sur “Aller à un cocktail en robe de cocktail

  1. Je pense qu’elle va me plaire cette série d’articles. Je crois que c’est vrai aussi dans la vie de tous les jours, seulement quelques personnes font attention à ce qu’elles portent. Le Jean, le Legging et autres ont fait beaucoup de mal à l’élégance mais il faut bien reconnaître que c’est pratique !

    J'aime

  2. c’est exactement la réflexion que je me faisais ces derniers temps !! même les personnes qui ont des métiers dits « relationnels » donc en contact avec du public ne se donnent plus la peine d’être un minimum présentable… alors ne parlons même pas d’élégance, il suffit de se promener dans les rues et regarder autour de soi dommage je trouve cela tellement agréable à l’oeil et cet effort fourni est aussi une marque de respect pour autrui. J’ai pu admirer des crinolines récemment lors d’une exposition retraçant l’histoire de la mode et bien, quel travail de couture et de stylisme pour finir en 2016 par porter le jean à tout va !

    J'aime

  3. Comme toi je m’attriste… mais je sors en ‘tous les jours’. Pour moi aller à l’opéra signifie voiture plus train plus éventuellement métro , musée avant, grignoter un sandwich en vitesse, bref, guère possible… A moins de prévoir un coin pour se changer? Mais sache que les gens qui peuvent aller directement de la voiture à la salle portent des toilettes pour certains.
    J’ai une jolie tenue habillée mise une fois, en croisière en août lors de la traditionnelle ‘soirée du capitaine’ et j’adore ça!
    Chiche que lors du prochain salon à Limoges on arrive en robe habillée et grand tralala? ^_^ Alleeeeeez!

    J'aime

  4. Tout à fait d’accord avec toi ! Quand on est invité chez des gens, on ne choisit plus sa tenue pour se sentir belle, mais pour ne pas faire tache en étant trop / pas assez habillée… Et quel dommage que les hommes abandonnent de plus en plus la cravate, c’est si beau, selon moi, un homme en costume !

    J'aime

  5. Il y a une dizaine de jours, au Gala de l’ADISQ, au gala annuel de la musique québécoise, Safia Nolin, une auteur-compositrice-interprète a soulevé la controverse en se présentant en jeans, t-shirt, espadrilles, pour aller accepter son prix : http://www.ledevoir.com/culture/television/483617/sois-belle-et-tais-toi.

    Signe des temps, déplorable, que ce laisser-aller, ce relâchement au chapitre de la tenue vestimentaire. Je suis heureux de constater que des plus jeunes que moi déplorent cette tendance.

    J'aime

  6. Tu as bien raison! Moi aussi j’ai ces robes qui dorment dans le placard parce que pas forcement l’occasion de les porter mais je trouve ca difficile cela dit d’assumer le carrie bradshaw au mcdo ( ref a l’episode ou elle est au mcdo) parce qu’on se sent « trop » habillee

    J'aime

  7. Pingback: Continuer à boire des Cosmopolitains | Cultur'elle

  8. Pingback: Aïda, de Giuseppe Verdi par la Fabrique Opéra Val de Loire | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s