Romans

Le syndrome de la vitre étoilée, de Sophie Adriansen

Le syndrome de la vitre étoiléeCette affolante statistique est avérée. Un couple sur cinq connaît des difficultés pour avoir un enfant et je suis celui-là.
Cela m’arrive à moi qui en ai eu la muette angoisse, à moi qui adore les bébés, qui sais m’y prendre avec eux, qui suis toujours des premières à me précipiter à la clinique pour féliciter l’accouchée, moi qui en conséquence pose sur tant de photographies un nourrisson dans les bras, moi à qui on affirme que cela va si bien, moi que l’on prédit bonne mère.

C’est la première rentrée littéraire de Sophie, avec ce roman qui au départ pouvait s’annoncer peu fait pour moi, surtout au vu de ma récente expérience désastreuse sur le sujet du désir d’enfant. Disons que je me sens peu concernée par ce sujet, même s’il m’intéresse, et nous en avions d’ailleurs parlé avec Sophie (oui, je raconte ma vie, mais c’est important je pense pour comprendre mon expérience toute personnelle de lecture de ce roman), et c’est justement la raison pour laquelle elle voulait absolument que je l’aie, et éventuellement que je le lise. Parce que ce roman, justement, n’interroge pas seulement le désir d’enfant, mais a un questionnement beaucoup plus large.

Stéphanie et Guillaume ont tout pour être heureux. Sauf une chose : ils sont ce couple sur cinq qui, d’après les statistiques, a du mal à concevoir un enfant. Ils finissent par se lancer dans le cruel combat de la PMA…

Un très beau texte, à la fois drôle et tendre, qui dépasse largement le récit du chemin de croix d’un couple pour avoir un enfant : ce qui est en jeu ici, au-delà donc de la volonté d’avoir un enfant, à distinguer du désir d’enfant, c’est la féminité — une femme n’est-elle complète qu’en étant mère, ou au contraire faut-il d’abord être complète, en accord avec soi, pour devenir mère (éventuellement) ? Alternant le passé et le présent, le roman est émaillé d’extraits de livres (et notamment le bouleversant Instinct Primaire de Pia Petersen), de films, de chansons, de statistiques, de discours divers sur la maternité puisque tout le monde donne toujours son avis et que ces avis sont souvent culpabilisants. Le roman se métamorphose : de quête d’enfant, il devient quête de soi ; la narratrice s’interroge sur ses choix, remet de l’ordre dans sa vie, reconquiert sa liberté et son désir, lâche-prise. Devient enfin elle-même.

Un roman profond et nécessaire, à placer entre toutes les mains, celles des femmes notamment, toutes les femmes, celles qui désirent un enfant et celles qui n’en désirent pas, celles qui en ont déjà : elles y trouveront de quoi s’interroger sur leurs aspirations profondes loin des clichés de la société. Quant au titre, il est sublime de poésie, mais je vous laisse en découvrir le sens en lisant ce roman qui m’a beaucoup touchée et a profondément résonné en moi…

Le Syndrome de la vitre étoilée
Sophie ADRIANSEN
Fleuve, 2016 (sortie le 25 août)

challenge12016br10% Rentrée Littéraire 2016 – 4/60
By Lea et Herisson

24 réflexions sur “Le syndrome de la vitre étoilée, de Sophie Adriansen

  1. Pingback: Le Syndrome de la vitre étoilée | Sophielit

  2. Le point de vue semble peu habituel sur le sujet, donc j’irai sans doute y regarder de plus près un de ces jours.
    J’avais lu avec intérêt « Instinct primaire » qui pourtant prêchait une convaincue (quoique mère et grand-mère, je peux comprendre qu’on ne désire pas d’enfant).

    J'aime

  3. Pingback: Le Syndrome de la Vitre étoilée Adriansen | Bric à Book

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s